La Légion d'honneur d'Edouard Leclerc finit au tribunal

Par

Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde auraient-ils dû remettre la Légion d'honneur à Edouard Leclerc fin 2009, sachant que l'épicier de Landerneau avait effectué six mois de prison à la Libération, alors soupçonné de faits de collaboration, avant d'être blanchi dans des circonstances encore assez troubles ? Un procès à venir devrait permettre d'en savoir plus. Mediapart publie plusieurs pièces du dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devrait être un procès de nature à éclairer une page oubliée de notre histoire. Il opposera le pionnier de la grande distribution, Edouard Leclerc, 84 ans, au journaliste et éditeur indépendant, Bertrand Gobin, 47 ans. Le second a gravement mis en cause les activités d'Edouard Leclerc pendant l'Occupation. Deux plaintes en diffamation, déposées successivement en mai et en décembre 2010, viennent d'aboutir à des réquisitions de renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris, qui ont été signées par le parquet les 26 et 29 avril dernier.