Saint-Quentin-Fallavier: l'homme accusé de l'attentat commence à parler

Jusqu'ici mutique lors de sa garde à vue, Yassin Salhi, arrêté après l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), a commencé à parler aux enquêteurs. Les policiers, qui n'ont pas trouvé d'armes ni d'explosifs chez lui, se demandent s'ils ont affaire à « un fondamentaliste qui a pété les plombs » ou à un véritable terroriste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'homme accusé d'avoir tenté de faire sauter une usine de produits chimiques et de gaz à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) a rompu le mutisme qu'il observait depuis le début de sa garde à vue, a-t-on appris samedi soir de source proche de l'enquête.