En Guyane, autochtones et écolos se fédèrent contre la Montagne d’or

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane), de notre envoyé spécial.– Il est 14 h 15, lundi 18 juin à Saint-Laurent-du-Maroni et la pluie vient de cesser. Sur le parking qui jouxte le terrain de football, à l’entrée de la grande ville de l’Ouest guyanais (environ 50 000 habitants), de larges flaques parsèment la terre ocre. Une centaine de manifestants se réfugient à l’ombre de quelques arbres alors que le soleil recommence à briller. Des Blancs, beaucoup, quelques Amérindiens. Un véhicule de gendarmes observe la scène de loin.