Procès France Télécom: «Ils ont assassiné mon père», Rémy Louvradoux

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle précise d’emblée : « Quand je dirai je, c’est nous qu’il faut entendre. » Noémie Louvradoux parle, à la barre du tribunal ce 27 juin, pour elle-même, pour ses frères et sœurs – Raphaël, Juliette et Matthieu –, pour sa mère Hélène, mais aussi au nom de son père, Rémy Louvradoux, qui s’est immolé par le feu il y a presque dix ans, détruit par son travail à France Télécom. Un cas emblématique de la crise qui a secoué le groupe à la fin des années 2000.