Le financement des campagnes sénatoriales échappe à tout contrôle

Par
Après les «partis de poche», Mediapart révèle une autre «faille»: les sénatoriales échappent aux règles de financement des campagnes électorales. Les candidats jouissent d'un régime d'exception: pas d'obligation de déposer un compte de campagne; pas de limitation des dépenses; pas de plafonnement des dons.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La plongée dans la législation sur le financement de la vie politique, à l'occasion de «l'affaire Bettencourt-Woerth», réserve décidément des surprises. Après la mise au jour du système des «partis de poche», Mediapart est tombé sur une autre «bizarrerie»: les sénatoriales échappent aux règles encadrant le financement des campagnes électorales (législatives, municipales, présidentielle, etc.). Les candidats au palais du Luxembourg jouissent, tout bonnement, d'un régime d'exception.