Environ 2 000 Roms ont été délogés cet été

Par

Ce bilan quantitatif des démantèlements de camps occupés par des Roms est dans la lignée du quinquennat précédent. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Près de 200 personnes expulsées d’un terrain à Saint-Priest, dans le Rhône, mardi 28 août ; environ 80 la veille à Évry en région parisienne ; neuf familles l’avant-veille dans le centre de Lyon : malgré la réunion interministérielle consacrée le 22 août à la gestion des campements illicites, les évacuations forcées de Roms se poursuivent sans, pour l’instant, être compensées par des solutions effectives de relogement. De tout l’été, elles n’ont pas cessé, avec une accélération entre fin juillet et début août.