Abus sexuels: les lenteurs de l’Eglise de France

Par Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere et Mathieu Périsse (We Report)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nemo malus nisi probetur » : « Personne n’est mauvais jusqu’à ce qu’on le prouve ». Dimanche 26 août, dans l’avion qui le ramène de Dublin, où il vient d’implorer « le pardon du Seigneur » pour les agressions sexuelles commises en Irlande par des prêtres catholiques, le pape François défend le cardinal Barbarin à coups de locutions latines. Le souverain pontife répond à la journaliste du Monde Cécile Chambraud, qui l’interroge sur une pétition en ligne en faveur de la démission de l’archevêque de Lyon. En une semaine, l’appel a déjà recueilli près de 100 000 signatures. « Tant de fois, il y a la tentation, non pas seulement de mener l'enquête, mais de publier une enquête et dire que tel ou tel est coupable. Certains médias commencent ainsi à créer une atmosphère de culpabilité », précise le pape. Le message est clair : Rome ne lâche pas le primat des Gaules.