Même pas assez riche pour vivre dans un foyer

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous mal-logés à la même enseigne. Qu'ils soient étudiants, apprentis, actifs, riches, pauvres, franciliens ou provinciaux, les 18-25 ans rencontrent les pires difficultés à se loger. Le constat n'est pas nouveau et c'est peut-être là le plus inquiétant dans l'affaire: les pouvoirs publics se révèlent incapables de trouver des solutions globales. Le projet de loi proposé par la ministre Christine Boutin, qui sera débattu le 14 octobre au Sénat, n'aborde pas la question de front. Comme s'il ne s'agissait que d'une question de confort. Alors que bien souvent, il s'agit d'un besoin impératif pour pouvoir étudier, travailler ou simplement vivre dignement.