L’Académie des sciences désavoue Claude Allègre et les climato-sceptiques

Par

Dans un rapport très attendu rendu jeudi matin à la ministre de la recherche, Valérie Pécresse, la plus haute instance scientifique française désavoue les climato-sceptiques et les thèses véhiculées par leurs porte-parole les plus célèbres, Claude Allègre et Vincent Courtillot. Mediapart publie ce rapport.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est une double surprise et elle est d'autant plus éclatante : l'Académie des sciences, la plus haute instance scientifique française, désavoue les climato-sceptiques dans un rapport très attendu remis à Valérie Pécresse jeudi matin.