C’est un circuit de subventions publiques d'une opacité peu républicaine : chaque année, députés et sénateurs arrosent des associations ou collectivités de leur choix en piochant dans la « réserve parlementaire » (une ligne budgétaire mise à leur disposition par le gouvernement). Le montant de cette cagnotte cette année : 130 000 euros minimum par député (90 millions d’euros pour l’ensemble de l’Assemblée).