Grèves et manifestations: le plein anti-Sarko

Par

Après la journée nationale d'action et de grève, Nicolas Sarkozy, cible des manifestants, a jugé «légitime l'inquiétude» qui s'est exprimée et recevra les syndicats le mois prochain.

Jeudi près de 1,5 million de personnes ont défilé en France (cliquer sur l'image pour voir et lire nos reportages). Du jamais vu depuis 1995.

Lire aussi:

- Quand la télévision fait écran, une analyse d'Antoine Perraud

- Etienne, de la cité des 3000, intérimaire et donc non gréviste

- Le portrait d'un trader, croisé dans la manif

- Et notre série "Sur la route de la crise", 15 reportages et vos témoignages

(Photo: Frédéric Relaix)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président en première ligne. Partout, sur les affiches, cité dans les slogans, griffonné sur des papiers. Son nom crié, hué, accommodé à toutes les sauces. Il était bien sûr question de pouvoir d'achat, de suppressions de postes dans la fonction publique, de vagues de plans sociaux dans le privé, de salaires en berne. Mais Nicolas Sarkozy était la première cible, loin devant les banquiers, les patrons ou les ministres, des centaines de milliers de personnes qui ont manifesté ce jeudi dans toute la France.