Mathieu Rigouste: «Ennemi intérieur et menace globale»

Par

Dans L’Ennemi intérieur, Mathieu Rigouste revisite avec brio cinquante années de l’ordre en France. Pour le jeune chercheur, «la guerre coloniale a constitué» rien de moins qu’«une matrice institutionnelle» de la France contemporaine et de certaines de ses techniques policières. De l’immigré aux «nouvelles menaces», de l’Algérie 1958 aux quartiers populaires d’aujourd’hui, il raconte l’évolution des doctrines et des pratiques. Interview vidéo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un livre dense, fort, touffu, documenté. C’est un livre sur cinquante années de gestion militaire et/puis policière à la française. C’est un livre sur un fantasme, qui a la vie dure et parfois la peau noire (l’immigré, l’anarchiste, le mec-de-banlieue): la figure de l’ennemi intérieur, issu de la «doctrine de guerre révolutionnaire» des années 50.