Grenelle de l’environnement: le logement contraint a minima

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Une première version de cet article a été publiée mercredi 30 avril à 9h. Il a été modifié lors de l'édition de 13h, suite à la conférence de presse tenue au ministère du développement durable, au cours de laquelle Jean-Louis Borloo a pour la première fois présenté le projet de loi Grenelle aux journalistes. Nouvelle information, donc nouveau papier! Au sortir de cette réunion, et après avoir rencontré des membres d'ong et de syndicats en route vers le ministère pour particier au comité de suivi du Grenelle, j'ai écrit un article sur le projet de texte. Et resséré l'article sur le logement sur l'interview de Marc Jedliczka, en ôtant les premiers paragraphes de l'article, devenus caducs.

Le Grenelle de l'environnement est un processus parti pour durer longtemps, jusqu'à cinq ans, soit tout le quinquennat selon la secrétaire d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet. Pour en offrir un suivi régulier, Mediapart prépare une édition spécialement consacrée au suivi du Grenelle. Les lecteurs pourront notamment y retrouver Marc Jedliczka.