Eric Woerth et l’hippodrome de Compiègne: autopsie d’un enterrement judiciaire

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont souvent de petits grains de sable qui grippent la machine judiciaire, quand il s’agit de poursuivre de puissants intérêts ou des personnalités influentes. Un nouvel élément, mis au jour par Mediapart, permet ainsi de mieux comprendre comment le volet ministériel de l’affaire de l’hippodrome de Compiègne (Oise) a été soigneusement enterré par la Cour de justice de la République (CJR), usine à gaz qui est la seule juridiction compétente pour poursuivre et juger les ministres. Pour mémoire, la CJR a, le 11 décembre 2014, délivré dans ce dossier un non-lieu définitif à Éric Woerth, ex-ministre du budget de Nicolas Sarkozy. Dont acte.