Pédophilie dans l'Eglise: condamné pour viol, puis à la tête de sept clochers

Par Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere et Mathieu Périsse

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Aujourd’hui, il faut être extrêmement clair : un prêtre qui a été condamné pour des actes de pédophilie ne doit plus pouvoir exercer de ministère. » La phrase émane de monseigneur Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise et responsable de la cellule de veille sur la pédophilie de l’épiscopat français. Le visage de l’Église aux yeux du public, depuis l’irruption de l’affaire Barbarin dans les médias. Invité en direct sur France 2 le 13 avril, il poursuivait sans hésiter : « Il peut rester prêtre, mais il faut avoir des mesures conservatoires extrêmement importantes. C’est-à-dire il ne célèbre plus l’eucharistie, la messe, il ne célèbre plus les sacrements, il n’est plus en situation de catéchèse. »