Dans le Loir-et-Cher, les «gilets jaunes» pleurent l’un des leurs, mort au travail

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mer (Loir-et-Cher), envoyé spécial.- C’est avec une rose jaune à la main, tendue vers un ciel nuageux, que cent vingt « gilets jaunes » – ouvriers, chômeurs, retraités pour la plupart – ont marché ensemble dimanche matin, à Mer, du centre-bourg jusqu’au lotissement où leur ami David Beaujouan, 36 ans, louait un pavillon depuis sept ans. Chauffeur routier de profession, le jeune homme est mort cinq jours plus tôt sur le parking de la plateforme logistique d’Amazon à Saran, en banlieue d’Orléans.