Coincé à La Chapelle, l’Ethiopien Tahir rêve toujours de «vivre en démocratie»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Débarqué un matin de mai à la gare de Lyon à Paris, Tahir a pris le bus 65 pour se rendre porte de La Chapelle. Un contact lui avait envoyé l’itinéraire par SMS. Là, il pourrait faire une halte le temps de rejoindre l’Angleterre ou l’Allemagne, ou décider de rester sur place.