Train de vie des élus: dans la gauche française, un impensé politique

Les mésaventures de Pablo Iglesias en Espagne laissent de marbre les responsables politiques français, qui répugnent souvent à faire du train de vie des élus une question politique. À l’Assemblée nationale, les classes supérieures n’ont pourtant jamais été aussi dominantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Demandez à des responsables de gauche ce qu’ils pensent de « l’affaire Iglesias » et de ses déclinaisons potentielles pour la politique hexagonale : invariablement, leur première réponse sera qu’ils n’en pensent « rien » ou « pas grand-chose »…  Interrogés par Mediapart, plusieurs responsables de gauche évacuent le sujet en quelques mots. « Grosse faute de communication », pour le député communiste Pierre Dharréville. « Le problème, c’est pas la maison, c’est le double discours », résume l’écologiste Julien Bayou.