Le silence du premier évêque de France face aux soupçons pesant sur un prêtre

Par

Le nouveau président de la Conférence des évêques de France (CEF), élu en avril, affiche sa fermeté contre les abus de pouvoir de prêtres. Pourtant, lorsqu'il était en poste au diocèse de Paris, Mgr Éric de Moulins-Beaufort a maintenu au contact de jeunes un prêtre dont le comportement posait selon lui un « réel problème ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis son élection en avril, le nouveau président de la Conférence des évêques de France (CEF) Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, suscite l'espoir de nombre de catholiques. Dans un contexte de multiplication des témoignages et plaintes contre les comportements de prêtres (agressions sexuelles, abus d'autorité, emprise mentale...), Mgr Moulins-Beaufort, 57 ans, n'a jamais caché sa détermination à mettre un terme à l’impunité des agresseurs, comme de ceux qui les ont couverts pendant des décennies.