En Polynésie, les effets des essais nucléaires français divisent toujours

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tahiti, Raiatea, Tahaa et Anaa (Polynésie française). – « Je me bats pour que la France reconnaisse ses crimes, qu’elle demande pardon et que le peuple polynésien obtienne réparation ! Je me bats pour que ma mère ne soit pas morte en vain ! » Béatrice Marro n’est pas une militante aguerrie mais elle plaide sa cause avec chaleur et émotion. Face à elle, en ce début de soirée de mars 2020, à Papeete, la capitale de la Polynésie française, le député (GDR, indépendantiste) Moetai Brotherson semble convaincu.