A Dijon, l’expulsion d’un squat semble préfigurer la dure loi Elan

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Dijon (Côte-d’Or).- Sillonner la capitale des ducs de Bourgogne dans l’antique bagnole de Paul Garrigues, président de la section locale de la Ligue des droits de l’homme, en compagnie de Nathanaël, activiste libertaire vétéran des luttes et occupations du cru, c’est pratiquer le squatto-tourisme.