Sauver le patrimoine kanak ou les emplois miniers? La question déchire la Nouvelle-Calédonie

Par

À Kouaoua, de jeunes Kanak protestent contre l’ouverture de trois nouveaux sites d’extraction de minerai. Face à la mobilisation, la société Le Nickel, premier employeur privé du pays, a fermé la mine pour une durée indéterminée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kouaoua (Nouvelle-Calédonie), de notre correspondant.– La fumée âcre des pneus incendiés a remplacé la poussière soulevée par les énormes camions « rouleurs » de la mine. Depuis le 14 août 2018, le site d'extraction de nickel situé sur la tribu de Méa – dans la commune de Kouaoua, côte est de la Nouvelle-Calédonie –, est fermé.