La loi antiterroriste débattue sous l'œil inquiet des Nations unies

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En présentant son projet de loi antiterroriste à la commission des lois de l’Assemblée nationale, Gérard Collomb avait défendu ce texte, qui fait entrer dans le droit commun les principales mesures de l’état d’urgence, en évoquant les dégâts que celui-ci fait subir à l’image de la France sur la scène internationale. Notre pays « ne peut continuer de vivre sous un régime d’exception qui nuit à son rayonnement », avait notamment déclaré, ce 12 septembre, le ministre de l’intérieur.