Quand les gynécos sont brutaux

Par

Sept personnes racontent dans L'Obs les brutalités, physiques ou verbales, qu’elles ont subies dans le cadre de soins gynécologiques. À commencer par les mots blessants qui leur ont été adressés par le corps médical. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les victimes de personnels soignants indélicats, voire brutaux en gardent toutes un souvenir traumatisant. Dal, 32 ans, a consulté des gynécologues d’abord comme lesbienne puis comme personne transgenre. Les remarques répétées du corps médical, mal à l'aise face à sa transition, l'ont convaincue de ne plus consulter. Daria, elle, doit subir des réflexions blessantes à propos de son poids. À tel point que la trentenaire refuse d'avoir des enfants pour ne pas « les subir » le temps de la grossesse. Pauline a vécu un accouchement traumatisant au cours duquel sa douleur n'a jamais été prise en compte. Elle a alors subi une césarienne sans anesthésie. Tous ces témoignages ont été recueillis par L'Obs qui attire ainsi l'attention sur ces maltraitances gynécologiques dont font l'objet les femmes.