Violences sexuelles: l’embryon de prise du conscience du cinéma français

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J’avais une vingtaine d’années. Ce jour-là, je vais passer une audition pour un metteur en scène de théâtre encore peu connu. Il m’avait demandé de porter juste une robe. J’étais seule en scène, à suivre ses instructions. À un moment, il me demande de me masturber. Devant lui. J’ai commencé à le faire. Cela pouvait faire partie du personnage. Je me suis dit qu’il fallait que j’ose. Mais très vite, je m’aperçois qu’il se masturbe en me regardant. Je suis choquée. Je pars tout de suite. Je n’ai jamais eu de nouvelles. Je me demande même s’il ne montait pas cette pièce juste pour ça. »