Jean-Baptiste de Froment, le discret rabatteur d'idées de l'Elysée

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je n'ai pas vocation à exister.» C'est Jean-Baptiste de Froment lui-même qui le dit. Quand certains collaborateurs du président se poussent du col dans les médias, lui «refuse toutes les sollicitations médiatiques», fait remarquer un ancien conseiller élyséen. Pourtant, à 34 ans, on lui prête déjà trois casquettes à l'Elysée: conseiller éducation, «Monsieur Sondages», et coordinateur du programme du futur candidat.