Le gouvernement veut une «troisième génération de droits des femmes»

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Voeux pieux ..mais en realite la Loi n est pas appliquée..par ceux censés la rendre..particulierement  la loi de juillet 2010 contre la violence psychologique.prodrome de la violence physique.qui à peine née fut enterrée par le monde de la justice..!

solution "social-libérale" : suffit de baisser le salaire des hommes au niveau de celui des femmes !! et pour les retraites ?...kif kif...Surpris

ah bon ? ...on ne parlait pas des salaires ?

(commencer l'article en citant la carla...faut le faire !)

j'ai lu "L'Immonde" ouf j'ai compris, chut ! surtout pas les salaires, j'ai eu peur !!

"Contre les stéréotypes et le sexisme 'd'habitude', il faut agir sur les mentalités"

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, décline la philosophie du plan annoncé lors du comité interministériel.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/30/contre-les-stereotypes-et-le-sexisme-d-habitude-il-faut-agir-sur-les-mentalites_1798347_3224.html

le Merdef en est tout retourné...

« ça suffit » à toutes les violences  : voir la vidéo : 3'

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ZVd6JNQvSdw

 

L'absence de parité, d'égalité entre les hommes et les femmes, est de la discrimination.

La déclaration du gouvernement est donc contredite par son refus de ratifier le protocole additionnel N°12 de la Convetion européenne des droits de l'homme qui étend et renforce la prohibition de la discrimination.

Soit ce gouvernement raconte n'importe quoi, soit il ment à l'opinion.

 

 

 Quand aura-t-on le bon sens en "francophonie" de ne plus parler des droits de l'homme mais des droits humains, précisément pour  respecter la parité ? 

D'autant plus qu'en anglais c'est bien "human rights" !

A quand la convention  des  droits ET DES DEVOIRS des couples qui devrait mettre tout le monde d'accord

Il n'y a pas de droits sans devoirs

Vive le couplisme Clin d'œil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez une conception erronée et qui tarde, celle des droits de l'homme et du citoyen. Sachez que les droits humains modernes sont accordés sans contrepartie. Il n'y a pas de devoir à remplir pour que sa dignité, sa vie soient respectées.

@ MTB 74

je suis assez d'accord pour dire que les femmes travaillent mieux que les hommes ! (et  plus ( +) ça c'est certain!)

elle sont beaucoup plus résistantes que les hommes , pas pour soulever de la fonte ! mais pour travailler !!!

déjà elle sont moins douillette !

ensuite dès qu'une femme occupe un poste important ,la jalousie tente d'expliquer comment elle l'aurait obtenu !

j'ai moi aussi un exemple,  dans l'industrie , où un manager France a fait la preuve de son incapacité ! il a été remplacé par une jeune femme avec deux jeunes enfants ! qui a du s'organiser pour etre en dehors de chez elle 3 nuits par semaine , et manager une équipe de "vieux" tous leader dans leur domaine et au top du top ! et bien cette jeune femme fait l'unanimité et non seulement elle est écoutée et respectée , mais elle est surprotègée par toute cette équipe , dont elle pourrait etre la fille de chacun .

je pense que l'on ne peut pas généraliser , mais la balance penche surement du coté de ces dames !

moi je ne vous parle pas des filles au collège,  mais dans la vrai vie,  et dans des domaines où à la fin de chaque mois on doit rendre des comptes , et des résultats sonnants et trébuchants !!!!!

 

@ Edith Gaudin

""" dans un voyage en absurdie , que je fais lorsque je m'ennuie, j'ai imaginé sans complexe ........ """""

Je vais vous donner la preuve qu'on ne peut pas généraliser, dans toute ma carrière professionnele, d'abord dans l'administration ensuite dans l'informatique qui permet de naviguer dans tous les services des entreprises, j'ai constaté une chose au niveau des employés. Si il n'y a que des femmes, l'ambiance peut être détestable ou trop copine sans vous parler d'aller se refaire une beauté une demi-heure avant l''heure. Pour avoir observé l'introduction d'un homme, ne serait-ce qu'un stagiaire, dans les services d'employées, j'ai pu constater une structuration des relations. Ceci dit l'inverse est certainement vrai, ça évite de parler foot au lendemain des matchs et autres conversations de garçon.

Il semblerait si l'on veut généraliser que les individus en situation de mixité dans un cadre professionnel sortent de leurs petites préoccupations personnelles, pris qu'il sont dans la confrontation à l'autre genre qui n'a pas le même type de centres d'intérêts. C'est à mon avis la raison pour laquelle les relations très privées sont très très mal perçues, elles cassent ce mode de fonctionnement qui s'articule autour du travail.

@Sylvain .B

"""Peut etre que la selection Macho pour en arriver là, ( ne) filtre que les meilleurs femmes et accepte n'importe quels hommes .

bon , c'est sur que , cette petite phrase, vous arrange bien !!!!

parce que vous n'avez pas envisagé que ce ne soit pas le cas ?

que les critères soient les memes et que les femmes soit soient juste moins betes  ? tout simplement!

oui je sais c'est dur !!!

Je ne comprends pas bien votre raisonnement. Si la sélection etait moins macho, il y aurait justement beaucoup plus de femme a des postes de responsabilité.

Vous voulez dire que je devrais envisager que ce ne soit pas le cas et la raison pour laquelle il y a moins de femmes c’est qu’elles sont plus intelligente ?  Dois-Je en  conclure que refuser un poste a responsabilité pour une femme c’est être moins bête ?

 

Quoiqu'il en soit il y a plusieurs choses essentielles que les femmes feront toujours  mieux  que les hommes, c'est des enfants et l'allaitement et même probablement la garde des enfants malades

 Mais la contrepartie, c'est qu'une petite entreprise comportant autant d'hommes que de femmes dont tous les éléments féminins tomberaient enceintes en même temps pourrait probablement déposer son bilan. 

Supposons  une jeune femme nouvellement mariée qui arrive dans une  entreprise en même temps qu'un jeune homme avec la même fonction et le même salaire. Dix  ans après,  alors qu'elle  a eu deux gosses parfois malades , aura-t-elle coûter nettement plus cher à son entreprise qui aura absolument dû la remplacer pendant ses congés maternités  que le jeune homme' ? 

 

 

"Quoiqu'il en soit il y a plusieurs choses essentielles que les femmes feront toujours  mieux  que les hommes, c'est des enfants et l'allaitement et même probablement la garde des enfants malades"

Toujours ? Peut-être bien que non. Beaucoup de femmes n'allaitent pas, déjà, et de plus en plus d'hommes pouponnent pendant que madame travaille. Renseignez-vous autour de vous. L'ordre des choses change, les rôles se mélangent, et je crois que c'est tant mieux.

@ Sylvain B

je suis désolé de n'avoir pas compris , ce que vous vouliez exprimer , moi j'avais compris que si les femmes réussissaient si bien dans des postes à hautes responsabilités,  c'était parce que la selection pour elles était plus difficile !

d'où ma réflexion, et si ce n'était pas le cas et qu'elles soient juste plus intelligentes que les hommes  !

Moi aussi je veux y croire. Notre ministre semble intelligente et son analyse pertinente. Commencer à l'école (où je 'sévis' depuis 37 ans) est la bonne idée. La difficulté : se heurter aux habitudes et préjugés sociaux pour inverser les réflexes ou au moins modifier le regard. La démarche s'inscrit dans le champ plus vaste du respect des uns pour les autres. 

@Denis Fernandes,

Contre cette troisième génération de droits des femmes ? 

 

Je vais encore me faire déchirer la tête, mais ce n'est pas grave !

Il est dit qu'à fonction et travail égal, une femme gagne 10% de moins qu'un homme. Est-ce contestable ? A mon sens oui.

Imaginons une femme qui tombe enceinte 3 fois. Je suppose (surement à tort), que pour ces 3 fois, la femme prendra 3 ans de congés parental, 1 pour chaque enfant (elle pourrait en prendre 3 fois plus). Donc avec une hypothèse basse de seulement 3 ans de CP, la femme, sur 42 ans travaillerait 11% de moins qu'un homme, en imposant une contrainte forte à l'entreprise (celle de devoir la reprendre au mêmes conditions, même après 3 ans d'absence). Avec 2 enfants, et dans les mêmes conditions (1 ans pour chacun), on passe à 7% de travail en moins.

Qu'il y ait des inégalités, j'en suis persuadé, et il faut lutter contre, mais celle-ci est-elle réellement une inégalité ? Serait-il logique qu'en travaillant moins, une femme gagne plus, serais-ce égal ? 

Attention ce n'est pas une remise en cause des inégalités existantes, juste des arguments utilisés pour la contester. Je sais que cela ne va pas faire plaisir au super féministe du coin, mais j'attend avec plaisir vos contres arguments (en prenant en compte mon PS, s'il vous plait).

PS : Je sais que certain(e) vont me tomber dessus en trouvant scandaleux que ce soit à la mère de prendre son congé, et pas au père. C'est pour l'instant la tendance général en France (2% de congé parental pour les hommes en , et je ne trouve ni méprisable ni humiliant d'être une mère qui prend soin à temps plein de ses enfants. Vous me trouverez surement retrograde, vivant encore au moyen age, homophobe, mysogine, dégueulasse, salaud, etc.... donc pas besoin de vous apesentir dessus OK ?

et qui doivent compenser le manque a gagner des femmes qui tombent enceinte? les hommes. Donc c'est normale qui recoivent un coup de pouce.

Perso, je ne suis pas choqué par le post.

Mais votre post scriptum ne nous amène t-il pas justement à essayer de plus partager les congés parentaux entre hommes et femmes ?

Tout à fait, je pense que ce serait une très bonne idée de partager les congés parentaux..... mais c'est aujourd'hui le cas. Un père peu prendre des congés parentaux, mais ne le ferait que dans 2% des cas. Cela ne me semble pas complètement illogique dans le cas ou la femme allaite (6 mois, 9 mois, 1 ans ?).

Il est je crois reconnu que l'allaitement est très bénéfique pour l'enfant.

Comme le dit AKAMA, la femme serait mise en situation d'infériorité à son retour de congés (ce que je conteste, mais bon... là n'est pas le débat). Maintenant imaginez que la femme prennent 1 ans et demi de congés, et que l'homme prenne l'année et demi qui suit. Les deux serait potentiellement saqué par leur supérieur.... Ce n'est pas génial pour les finances de la famille !

"Les femmes aimeraient bien que ça change, que les hommes soient enceints, accouchent et allaitent ! Ils comprendront tout !" Alors quoi ? Devenons tous androgynes ? Ayons tous les mêmes loisirs, les mêmes activités, les mêmes salaires, enfin... les mêmes tout pour éviter les "injustices".

Autour de moi, les femmes regrettent que les hommes ne soient pas enceinte pour comprendre ce que cela leur apporte, pas pour cette histoire d'accouchement (aussi dur soit-il). Le rapport avantages/inconvénients serait nettement en faveur de la femme (pas d'après moi, d'après elle).

PS : pas besoin de contester le dernier paragraphe, ce n'est que la description d'un vécu, qui n'a pas valeur d'argument.

PS2 : sinon, je suis probablement assez d'accord avec vous pour une autre organisation des congés parentaux.

Le partage des congés parentaux est une réalité dans d'autres pays (Suede, Canada par exemple).

Je crois que la plupart des femmes cessent l'allaitement bien avant les 6 mois de l'enfant. Je ne pense donc pas que ce soit des blocages "physiques" qui bloquent le partage des congés parentaux. Les barrières me semblent d'ordre psychologiques et sociologiques.

Tout à fait, plein de pays le font, et je suis tout à fait pour (je pensais aussi à l'Allemagne, ou les parents se partagent 12 mois). Mais nous sommes en France !!!! et connaissant la mentalité en entreprise (je vais faire une généralité qui ne tiens qu'à moi), je n'y crois pas beaucoup.

J'en veux pour preuve la répartition complètement inégale de prise de CP par le père.

Il y a surement quelque chose à corriger (c'est l'objet de mon PS2 ;)), et sur ces choses suivre les modèles nordique ou allemand me semblerait néanmoins judicieux.

Cependant aujourd'hui en France ce n'est pas le cas. Donc l'argument de dire les femmes sont moins bien payé de 10% me dérange. Quand on parle à poste et expérience équivalents, il faut aussi ajouter la durée du travail. Aujourd'hui, entre un homme et une femme, je ne suis pas sur qu'elle soit équivalente (cf mon premier post Clin d'œil)

PS1 : "Je crois que la plupart des femmes cessent l'allaitement bien avant les 6 mois de l'enfant" Tout à fait, beaucoup arrêtent, entre autre parceque au bout de 3 mois (10 semaines après l'accouchement), il faut reprendre le boulot. Cependant, l'OMS (qui dit peut être des conneries, mais il faut bien se baser sur quelque chose, et ils sont censés être spécialiste) recommenderait l'allaitement pendant au moins 6 mois, voir jusqu'à 2 ans. Or l'allaitement naturel est une chose difficile à  faire par le père Clin d'œil

vous tomber dessus?? et oui:

mais que croyez-vous donc que deviendrait une société sans enfants???? et pensez-vous vraiment que la destinée biolologique de la grossesse (choisie!!! autant que faire se peut, c'est mieux....pour tous, et en particulier pour les enfants...) légitime cette différence de salaire, et de ressoureces entre femmes et hommes???? mais qu'une entreprise soit obligée de recruter pour remplacer un congé maternité, cela semble vous géner?! vous préconisez quoi: pas d'embauche pour les femmes en âge d'avoir des enfants?????discrimination interdite par la Loi, faut-il le rappeler????

alors oui, cette différence de niveau de ressource est une inégalité, et qui se majore avec la vieillesse (pas toujours vécue à deux jusqu'au bout de la vie, !!!). cherchez donc les chiffres, les vrais chiffres sur le niveau de ressources des femmes, et revenez discuter un peu///d'avance merci. 

a Sylvain B

Pas moi, de plus  votre orthographe laisse à désirer E.Gaudin

Fdecourt,

Mais non, il n'y a aucun intérêt à tomber sur les gens, nous sommes ici pour discuter et ne pas être d'accord.

Et si vous prenez en compte les absences pour enfants malades et les trimestres de retraites validés par enfant...Alors la conclusion serait que les femmes gagnent bien plus que les hommes.

C'est la limite d'une analyse uniquement comptable des choses, cela n'a pas vraiment de sens. 

Pour autant est-ce une raison pour ne rien faire ? Cela tendrait donc à prouver que certaines choses doivent être faites sans pour autant pouvoir être justifiées,  ce qui confine à un certain autoritarisme.

 

 

"Aujourd'hui, entre un homme et une femme, je ne suis pas sur qu'elle soit équivalente"

C'est juste que vous ne comptez pas le travail ménager. Si vous le comptiez, vous verriez bien que les femmes travaillent bcp plus que les hommes.

désolé pour l'orthographe.   Je devrais formuler mes pensées en noir et blanc comme à l'armée

c'est pour ça qu'on a inventé l'égalité sociale, pour contrecarrer les injustices de la nature, dont la plus remarquée est le handicap, le système idéal serait un fonds de péréquation des salaires. Rien ne justifie que celles qui travaillent à assurer l'avenir d'un pays soit pénalisé, c'est le fondement des aides familiales qui sont un complément de revenu proprtionnel au nombre d'enfants

De fait le calcul est faussé. Il faut regarder si salaire+complément de revenu familial=égalité, car il n'y a pas lieu à moins de changer de système que les entreprises privées assurent ce complément (avec le risque qu'elles fassent alors pression sur les salariées).

Merci. . Je ne faisais que poursuivre la logique du commentaire au dessus de fdecourt avec une pointe d'ironie.

Avouez qu'elle est implacable et justifie pleinement les inégalités homme-femmeClin d'œil

@fdecourt,

Pendant pas mal d'années, les hommes blancs ont prouvé par A+B que les noirs étaient des "sous hommes", ils ne travaillaient pas aussi bien ni autant que les blancs, ils n'étaient pas aussi intelliengents que les blancs etc..., etc...juste bon à aller dans les plantations des blancs,  ceci prouvé scientifiquement . Puis la même chose s'est produite vis à vis des juifs, durant une période pas très sympathique, des scientifiques ont prouvés que les juifs étaient ceci ou cela, bref quand quelques uns veulent en exploiter beaucoup d'autres il y a toujours un raisonnement rationnel et implacable car ce raisonnement ne peut être remis en cause.

 

Avec les femmes nous avons les mêmes processus en place. Durant des sciècles, un jeune  homme blanc majeur trouvait tout à fait normal que sa mère et sa grand-mère soit traitée comme "un enfant" sans aucun droit ni aucune liberté individuelle. 

 

Je vous recommande de lire Ivan Illich qui explique dans un de ses livres à qui profite  "Le travail fantôme". Pour que le "CAPITALISME" fonctionne à plein, il était absolument nécessaire qu'une bonne partie de la population soit exploitée encore plus que ceux exploitées mais payés par les possédants.

 

Avez-vous observé que le patronat demande plus de flexibilité de la part du prolétariat sans s'occuper de savoir qu'elles en seront les conséquences sur le long terme pour la société? Les "CAPITALISTES" se moquent bien de la société civile, la seule chose qui compte c'est leur bénef. Je constate que beaucoup de travailleurs masculins ne réfléchissent pas une seconde que les répercussions sur les femmes en auront aussi sur les hommes.

Pédagogie et arythmétique

Leçon : un congé maternité c'est 16 semaines pour les 2 premiers enfants et 20 semaines pour le 3ème. Une femme qui a 3 enfants est donc absente 1 an sur 42... soit 2,3% de travail en moins et non 11%...

Exercice d'application : faites le même calcul pour une femme qui a deux enfants dans sa vie professionnelle.

Développement et perspectives : se demander si les préjugés ne sont pas la base d'une bonne partie des inégalités, surout quand ils sont corroborés par des chiffres faux

Pour aller plus loin : relire le traité sur la Servitude Volontaire de la Boétie ou l'Homme Révolté de Camus, puis tenter de penser par soi même :-)

@AKAMA

idiot ou maladroitement exprimé ? j ' hésite !!!Incertain

Et quoi ? Faut qu'il y ait une loi qui dise que le travail ménager doit être réalisé à 50% par l'un, 50% par l'autre, avec fiche à poinçonner a chqaue tache ? 

Sinon, le travail ménager ne sert en rien à l'entreprise.... Donc cela ne doit pas rentrer en compte.

@fdecourt

selon vous, une femme qui revendique un salaire égal pour une fonction égale devrait se faire stériliser ? (surtout que l'on est 7 milliard  sur terre). On pourrait aussi prévoir des entreprises où il serait possible d'emmener son nourrisson sans avoir à s'arrêter des mois.

On parle d'égalité en droit, pas sur le plan biologique, donc il faut composer avec les  genres. Une femme parfois, ça tombe enceinte, ça accouche et ça allaite. Faut il pénaliser cette spécificité ?.

  Les "pauvres hommes doivent bosser plus pour compenser les absences des  femmes enceintes donc il est normal qu'ils gagnent plus que nous les femmes. D'ailleurs toutes les mamans ne prennent pas de congé parental, y'a des travailleuses qui ne le peuvent pas. Née femme tu le paieras toute ta vie, ça t'apprendra! Ah la fameuse morale judeochrétienne!Criant

Ben moi je propose que nous les femmes on refuse de faire des enfants puisque c'est un manque à gagner pour les entreprises. Et puis ça nous fera moins de boulot à la maison. Mais question: et l'Avenir dans tout ça s'il n'y a plus d'enfants? etc etc...Les hommes ont la réponse????

 

Excellent!!!

merci de montrer la débilité de toute cette discussion.

 

 

 

 Voilà une réflexion rare et très intelligente

 Qu'on veuille bien excuser le doublon 

L'économie française et la société  se porteraient beaucoup mieux si on créait un salaire maternel avec assurance divorce-veuvage au moins jusqu'à l'entrée en seconde du dernier gosse

Ce qui ne veut absolument pas  dire "femme au foyer" toute la journée et père n'assumant aucune tâche ménagère et ne gardant jamis les gosses pour que madame puisse aller à des réunions ou au cinéma avec des copines le soir

Nombreux avantages à la clé : moins de redoublement et meilleurs résultats scolaires et aide à l'occasion de l'instituteur, moisn de prisonniers, moins de personnes âgées peu ou prou "abandonnées" ou "sous-visitées" , etc. 

Homo sapiens sapiens ?  Mon oeil 

 

 

 

 

 

 

 

Sinon, le travail ménager ne sert en rien à l'entreprise.... Donc cela ne doit pas rentrer en compte.

Ça dépend; si le fait que par exemple votre femme fait le travail ménager, et s'occupe des enfants, ce qui vous permet de rester plus tard dans votre entreprise, d'assister à des réunions tard, et de faire des heures supplémentaires, alors je dirais que le travail ménager compte dans l'entreprise, mais n'est juste pas reconnu ni compté en euros (et permet aussi à l'entreprise de gagenr de l'argent en vous employant plus, puisque vous n'avez rien d'autre à faire). Mais si votre femme n'existait pas, vous ne pourriez pas gagner ce surplus de salaire puisque vous devriez vous occuper d'enfants, et faire ménage, et ne pourriez pas faire autant d'heures sup (le "vous" est impersonnel, cela va de soi).

Du tout... que les femmes soient payées par la société pour faire des gosses me choquerais beaucoup moins que l'on exige d'une entreprise qu'elle paye pour la procréation de ses employées.

Faut arrêtez de tout mélanger et de tout caricaturer  (même si c'est une grande spécialité de la gauche, la caricature, afin de faire passer des idées issues de 10 minutes de reflexion sous alcool)

le "vous" est impersonnel, cela va de soi > On est d'accord Clin d'œil

Donc après vouloir mettre l'état dans notre lit, vous voudriez en plus y mettre l'entreprise ? Mon dieu, mais c'est une véritable promotion de la polygamie ! Rigolant

La répartition du travail ménager est affaire de couple, l'état, l'entreprise ou qui que ce soit d'étranger au couple (et à sa famille, certaine peuvent être envahissante).

Bah non, justement, embauchont, mais prenons en compte le travail potentiel effectif, à partir d'indicateur clairement mesurable. La durée d'une vie de travail est différente entre un homme et une femme.... Bon, c'est un fait (pas généralisable, mais néanmoins fortement présent). Le salaire ne fait que refléter cette différence. Qui travail moins est moins payé.... cela semble vous choquer, pourtant c'est juste l'expression d'une certaine égalité. Si pour vous le salaire ne dépend que du sexe (sans mauvais jeu de mot) alors effectivement nous aurons du mal à nous mettre d'accord. Si les femmes étaient payée 50% moins cher (ce qui ne semble pas être le cas aujourd'hui), alors il y aurait un problème. Là, on se rend compte que cette différence n'est en rien aberrante par rapport à une vie de travail entre un homme et une femme.... Donc je trouve que les esclandres féministe sont de mauvaise fois.

Si elles veulent un salaire parfaitement identique, alors la durée de travail doit être parfaitement identique..... ce n'est pas le cas....

"cherchez donc les chiffres, les vrais chiffres sur le niveau de ressources des femmes" Puisque vous avez l'air de si bien les connaitre, je vous en prie, éduquez moi !

Si si, je vous assure, parmis beaucoup de lecteur de Médiapart, il y a un intérêt très fort de tomber sur les gens !!! j'essayais juste de prévenir ce genre de personne que cela ne servait à rien.

"C'est la limite d'une analyse uniquement comptable des choses" > Mais un salaire est une analyse comptable. Je suis payé pour une durée de travail (35 heures, ou 39 heures avec RTT, ou heures sups, etc....). Et l'avantage d'une vision "comptable" est qu'elle évite beaucoup de discriminitation, en en provoquant d'autre, mais en moins grand volume.

Dire "il faut que les femmes soit autant payé que les hommes" ne voudrait dire quelque chose, d'un point de vue égalités qu'en disant "il faudrait que les hommes travaille autant que les femmes".

Une solution préconisé serait justement de réduire cette différence de temps de travail en répartissant différement les congés parentaux. Alors la différence de salaire ne serait plus justifiable. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Cette différence (à poste et expérience identique) peut se justifier, parce qu'il n'y a pas de durée identique. C'est tout ce que je dis !

Et hop, un point GODWIN..... Bravo Clin d'œil

Egalité en droit dit : égalité de salaire, égalité de temps de travail aussi..... aucun rapport avec la biologie !

"Une femme parfois, ça tombe enceinte, ça accouche et ça allaite. Faut il pénaliser cette spécificité ?." Non, mais cela indifèrre l'entreprise !

(surtout que l'on est 7 milliard  sur terre) > La question mérite de se poser, mais pour l'homme aussi, car jusqu'à dans pas longtemps, il faut aussi un homme pour faire un enfant Rigolant

C'est une solution qui devrait être proposée, mais bon, c'est plus démago de hurler contre l'entreprise !

Aujourd'hui, être mère est très dévalorisé (ce qui n'est pas normal, car ce sont-elle qui construise la société de demain), et cela permettrait peut-être de réduire certains problèmes sociaux que nous rencontrons aujourd'hui.

Et le congé parental ? Si vous relisez mes postulats, c'est bien indiqué (1 an par enfant)... cela fait donc 11%

Vous pourriez faire le même calcul : une femme qui n'a aucun enfant, bah elle bosse autant qu'un homme non ?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

en europe et en particulier en france nos lieux de mémoire sont les livres:

les livres d'elisabeth badinter ou de florrence montreynaud en sont des exemples

un site leurs est consacré:

http://www.femmescelebres.com/

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

@Lefrançois,

 

Y trouve t-on aussi Louise Michel?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 30/11/2012 14:17
  • Par

Lorsque le gouvernement pose dans le "pacte historique" emploi/compétitivité toute une série de reculs des droits salariaux des travailleurs et de leurs familles, en complicité avec le MEDEF et la CFDT, la thématique du droit des femmes fait nouvelle fois diversion,

stratégie du calendrier réformiste oblige

attention  à la manipulation

L'égalité femme-homme ne sera jamais une diversion pour reprendre votre expression, mais une urgence. On ne va quand même pas reprocher au gouvernement de tenir cet engagement de campagne alors qu'il en a cédé tant d'autres devant les forces réactionnaires et le grand capital.

normal c'est gratuit.

La dépénalisation du cannabis, c'était payant ? La revalorisation de 25% de l'allocation de rentrée scolaire, c'était gratuit aussi ?

Philipo pipo

T'as raison mon lapin : s'occuper de la condition féminine c'est une diversion. On lit beaucoup d'aneries dans les fils, mais là ça sent le livre des records.

50% de l'humanité, c'est pour vous une diversion ?

C'est ça votre projet politique ?

  • Nouveau
  • 30/11/2012 14:20
  • Par

Il est triste de faire des journées de la femme ,de l'homme,de l'environnement,de la nuit ,du jour  ,il est triste de constater que l'humain

est de plus en plus l'objet ,de commerce.Il est triste de constater que nous sommes des êtres totalement petits,qui ne sont pas capables d'être

totalement ouvert ,simple,et simplement, conscient que nous ne sommes pas plus qu'un être Humain.

Pourquoi faut il des lois et des directives,pour être  conscient!!

 

Vous avez raison et je crois que les nouvelles générations partagent les tâches plus facilement que nous, que les jeunes femmes s'imposent aussi et c'est bien.

@ Maria LAVIGNE

vous pointez là ce qui me semble le plus important : l'égalité des salaires et des carrières, et des postes, etc...

La première liberté est de fric. Eh vi, nous ne sommes pas dans une société de gratuité.

Moi, engagée féministe au beau temps des années 70, mais en esprit bien avant, je ne peux adhérer moralement à l'esprit de OLF. J'ai essayé. Leur site/blog m'ennuie.

Pour cette génération certes ce n'est pas facile car une génération a été sauté, celle après nous, qui étaient sûres que tout était acquis et pour toujours. On leur disait mais ne voulaient rien n'entendre.

Cependant des modes sociétales ont évolué. Pas encore au top… malgré tout des lois ont été votées, des habitudes ont changé ou sont en bon cours. A condition de ne jamais lacher le morceau.

Mais tant que les femmes ne seront pas à égalité de salaires, carriètes, etc. rien ne se fera.

Et ce n'est pas le mot d'ordre de ce mouvement. Il s'oriente sur le sociétal. Comme le PS !

Je ne suis pas si convaincu que la société évolue.

Combien d'amies me disent que leur mari les "aide"dans les tâches ménagères, alors que nous parlons ici de partage. C'est, il me semble symptômatique : souvent, les couples trouvent normal que l'homme aide la femme dans "ses" tâches...

Que penser d'un mari qui sort la poubelle et revient en disant à son épouse : "voilà, je T'ai sorti TA poubelle" ?

Exactement

Je comprends pas vraiment cette histoire sur le partage des taches. En france on ne se marit pas de force et on peut divorcer. Ces complaints du mari faineant m'exasperent. si elles se plaignent, qu'elles se barrent ou bien qu'elles ne se marient pas au depart.#

si en rentrnt du boulo, tous les soirest, je prend une biere et regarde la tv sans rien faire, elle serai deja parti depuis longtemps

Si le mariage n'était pas consentant, alors elle n'ont qu'a divorcer..... A l'Etat, déjà qu'il régule très mal notre vie en société, vous voudriez en plus qu'il régule encore plus mal notre vie intime ?

Ouais, tant qu'elles auront pas un truc qui leur pendouille entre les jambes, rien ne se fera Clin d'œil

@ Sylvain je ne peux vous désaprouver :

moi le ménage fait ou pas fait je m'en fous. En général le mec était dérangé avant moi…je lui disais donc :  ben l'aspirateur est dans le placard

sur le repassage faut pas non plus compter sur moi, t'as chemise ?…… voir plus haut. La vaisselle, la machine c'est mieux, je deteste aussi la faire.

Qu'est-ce que j'aime faire ? la bouffe. et on le faisait ensemble..

et tout était sans aucun heurt.

Et en effet je pense que les femmes ne sont pas innocentes. En général elles sont agacées et disent : mais tu sais pas faire… c'est dans le sang ou les gênes comme chacun sait.

sexisme ...

"C'est avec leur conjoint que les femmes doivent commencer à revoir les inégalités."

Pourquoi tous les changements, les impulsions devraient venir des femmes? Ne serait-ce pas aux conjoints ds les couples hétéros de s'y mettre tous seuls comme des grands (à moins de considérer les hommes comme des êtres immatures)?

les compléments familiaux ont pour objet de pallier à cette inégalité, quant au travail domestique qui engendre un double travail, c'est de votre ressort et des relations que vous acceptez avec votre compagnon.

Même les "anciennes", Maria Lavigne... et pas seulement dans les tâches du ménage, de la cuisine et de la vaisselle...

Il m'a fallu AUSSI "me battre" avec les chirurgiens et infirmières, voilà 40 ans passés, pour assister à la naissance de notre enfant et participer à sa venue au monde, comme nous avions participé, l'un et l'autre, à... sa mise en routeSourire... Et pour tout ce qui est venu après...

Il y a sans doute beaucoup d'injustice sur le plan du travail dans les relations sociales et certainement bien des choses à corriger... Mais j'ai vu pire depuis que j'ai quelques perceptions des choses et je crois que bien des progrés ont eu lieu - une fois sortis plus ou moins définitivement du code Napoléon - depuis, par exemple, l'enfance de ma mère qui avait vu le jour en 1903 dans une de ces familles petit-bourgeois dans lesquelles la petite fille, puis la jeune fille n'avait aucun droit. Quelques corrections restent certainement à faire.

Par contre je pense qu'il serait temps de réapprendre très, très vite le respect de l'autre et, cela à tous les enfants et dès la naissance... Quel que soit le sexe de l'enfant. Et poursuivre cela au fil des ans.

Des éléments d'éducation se sont dispersés, évanouis dans les difficultés sociales sinon dans des détournements de société qui ne sont pas particulièrement à l'honneur de celle-ci.

 

@fdecourt,

 

Quand et qui a décidé que les "hommes" étaient plus intelligents, plus responsables, que la politique était quelque chose de trop sérieux pour la confiéer à des femmes etc..., etc...

 

En 1971, la femme devait demander la permission à son mari pour ouvrir un compte en banque afin que son salaire y soit virer. Quand un enfant devait aller à l' étranger, même accompagné par sa mère, les douaniers demandaient une autorisation "paternelle". L' Etat a été créé par les hommes pour les hommes, l'état a demandé aux femmes de s'adapter aux exigences de ces messieurs supposés être plus responsables et productifs que les femmes sauf quand le capitalisme a trouvé qu'en mettant des femmes massivement dans les usines et les bureaux cela rapporterait plus aux rentiers. Ces patrons ne s'occupent pas des problèmes de "cantine", eux s'occupent d'optimiser leurs impôts et de planquer leur fric dans les paradis fiscaux.

 

Hier s'étaient les femmes qui étaient traitées comme des "petites mains" de seconde zone, aujourd'hui ce sont les sans papiers et clandestins, demain ce sera qui? Les enfants peut-être? Le travail des enfants existe  déjà  dans plusieurs pays de la zone euro.

 

La civilisation avance à grands pas.

Votre com dit des vérités salutaires, Annie.

Je pense à ma grand-mère (née en 1906), je pense à ma mère (née en 1945) et puis à moi (née en 1972), à ma vie…

C'est vrai que quand on voit le chemin parcourru en un siècle, ça remonte le moral, même si on trouve que le progrès ne va jamais assez vite. L'important c'est que les choses ne reculent pas (ça, hélas, on n'est jamais à l'abris, il faut rester vigilant).

"Quand et qui a décidé que les "hommes" étaient plus intelligents, plus responsables, que la politique était quelque chose de trop sérieux pour la confiéer à des femmes etc..., etc..." Surement pas moi.... Par contre ce que je dis c'est que la femme est différente de l'homme, ni mieux, ni moins bien.

Ce que je repproche de la part de féministe d'aujourd'hui, c'est qu'elle ne cherche pas à libérer la femme, mais à la faire ressembler le plus possible à l'homme. Et je trouve cela triste !

Non, sublimation de nos différences et de nos complémentarités ! NON à l'androgénisation légale de la femme et de l'homme !

Vous avez raison et c'est bien là que tout commence : à la maison et un peu plus tard à l'école.

@Fdecourt: le comportement intime, au sein de la famille, la non considération portée à la femme sont un reflet de notre société, du monde de l'entreprise : les témoignages lus le confirment. De plus chez les jeunes, le machisme et le sexisme sont en progression.

 voyons monsieur, L'humain d'abord Clin d'œil

En ajoutant "l'islamisation de la France", vous avez pile poil les chevaux de bataille du FN.

L'ancien FN voulait les femmes "à la maison", le nouveau en pense quoi ?

@ Jean Yves Degos 

 

 Parce que le féminisme serait un problème mineur donc ! On voit bien là une fois de plus cher monsieur que le principal handicap de la femme, c'est l'homme !Rigolant

Jean Yves Degos.

Les femmes battues, mal payées, réduites au postes subalternes ce n'est pas un vrai problème.

Je viens de comprendre que le vrai programme du Front de Gauche c'est l'homme d'abord et la femme s'il reste du temps après la cuite post révolution....

parce que la femme n'est pas un humain ?

non, elle est humaine

@claudeDoucet

 

d'accord avec la première partie, mais la conclusion m'interpelle

on peut être femme et même féministe (ex Clémentine Autain) et adhérer au Front de Gauche. On peut mener plusieurs combats sans qu'il y ai contradiction puisque finalement ils se rejoignent sur le  respect de l'humain et non uniquement de l'homme. Maintenant qu'il y ait des blaireaux macho au front de gauche, je veux bien le croire, mais vos racourcis sont assez déconcertant

Voilà un bon projet qui valorise les femmes.

ça change de la femme beauté bling bling de l'ump, avec Dati en prada. Vallaud-belkacem est très belle, même pas besoin de marques pour briller.

On a pas besoin non plus d'être bourgeoise !

il y a quand même du vrai dans ce rappel au passé: dans les années 1970 les femmes pouvaient porter fièrement la mini jupe sans être inquiète (ou n'importe quoi d'autre exprimant leur féminité d'ailleurs.)

@ Giuliettalasbversive

Comme vous avez l'air bien informé , je m'autorise une question, qui est son amant actuel à Carla ? je rigole ! c'est Copé ? non? vous êtes sûr ?

Le PS et les femmes.... une blague, non? 

le PS et les femmes ? On verra l'issue du procès du Carlton

@LIONEL MUTZENBERG 

Et moi qui suis une post soixantehuitarde féministe qui fut fort active au temps de ma jeunesse folle ,je m'arrache les cheveux que plus de quarante ans plus tard on en soit encore là, et pire, de constater avec amertume un recul  dans les mentalités !!! Misère à poil que faudra t'il donc faire pour prouver encore et encore que la femme n'est pas un sous homme ,et que la maternité n'est un handicap que parce qu'elle est injustement considérée comme contre productive dans notre société de profits !Criant Mais quand il s'agit d'avoir des payeurs de retraite ou de la chair à canon on est prêt à toutes les astuces pour la glorifier et pousser les femmes à procréer .Si notre société est précisément si bancale et insatisfaisante pour tous ,hommes ou femmes, c'est qu'elle est la résultante de la loi du plus fort ,du plus teigneux ,du plus prêt à tout pour  quelque domination que ce soit , domination de l'homme par l' homme ou domination de la femme par l'homme ,et je ne suis pas particulièrement optimiste quant à l'évolution de cette situation !Déçu

y va t 'y avoir des amendes et des plaintes en justice si on dit que les filles sont bavardes et qu'elles sont faiseuses d'histoires ? et si on dit que les gars sont des gros betas a l'adolescence ? Pas simple tout cela ...

  • Nouveau
  • 30/11/2012 19:42
  • Par

A Madame Najat Vallaud-Belkacem

Madame, où pensez-vous que j'ai trouvé  ce qui suit ?

"L’homme qui courait après sa chance
Il était une fois un homme malheureux. Il aurait bien aimé avoir dans sa maison une femme avenante et fidèle ..."

Voilà qui commence bien ! Puis plus loin dans le même texte ce dialogue édifiant de cet homme avec une femme qu'il rencontre :

- Pourquoi êtes-vous si chagrine ?
La femme renifla, s’essuya les yeux.
- Dieu seul le sait, répondit-elle.
- Si Dieu le sait, lui dit l’homme, n’ayez crainte, je l’interrogerai. Dormez bien, belle femme.
Elle haussa les épaules. Depuis un an, la peine qu’elle avait la tenait éveillée tout au long de ses nuits.

Mais quelle est donc cette peine ?  Fort heureusement un peu plus loin l'homme rencontre Dieu et comme promis l'interroge :

-  Seigneur. Au pied du mont est une femme triste. Elle pleure. Pourquoi ?

Réponse de Dieu :
- Elle est belle, elle est jeune, il lui faut un époux.

Comme on le voit, ce n'est pas n'importe qui ce Dieu là ! Comme il doit être grand !

Mais ce n'est pas fini, car l'homme rencontre de nouveau la femme et lui donne la réponse de ce fichu "bon" Dieu,. Voici la suite du dialogue :

L’homme redescendit, content, vers la vallée. Il vit la femme en larmes devant sa porte. Il lui fit un grand signe.
- Belle femme, dit-il, il te faut un mari !
Elle lui répondit :
- Entre donc, voyageur. Ta figure me plaît. Soyons heureux ensemble 

- Hé, je n’ai pas le temps, j’ai rendez-vous avec ma chance,

Ben voyons, comme c'est simple !  Mais l'homme, lui, à mieux à faire, il court après autre chose, lui, il a rendez-vous avec sa chance !

Mais je reviens à ma question : où croyez -vous Madame que j'ai trouvé cette perle  ?

Dans un document censé servir aux conseiller-ères d'insertion professionnelles pour les aider à préparer les bénéficiares du RSA à trouver une orientation professionnelle et un emploi !

Mais si. Et qui diffuse ce document ?

Le département de la Seine Maritime sur son site http://www.seinemaritime.net

 (URL : http://www.seinemaritime.net/irise/Des-outils-de-l-ADVP-pour-l.html) A la page 12 et 13 du document !

Didier Marie, membre du PS est le Président du Département de Seine-Maritime et il fut d'Avril 2000 à Juin 2002 - Député PS de Seine-Maritime, en remplacement de Laurent Fabius (nommé membre du gouvernement),

Madame Najat Vallaud-Belkacem, vous pourriez peut-être en parler à votre collègue Fabius, qui en parlerai à Didier Marie ?

tout dépend de l'objectif pédagogique qui plus généralement via ce document entraîne le stagiaire à réagir, à trouver l'expression verbale la plus adéquate pour formuler sa libre pensée en réaction au support.

Classique pour délier l'esprit afin à ce qu'il soit prêt à se structurer pour se mobiliser en vue des contraintes de formalisation d'un entretien d'embauche ou face à des responsables.

j'ai trouvé dans le document cité l'objectif poursuivi, c'est toujours le même problème avec ceux qui ignorent tout de ce qu'est éduquer l'esprit humain, ils font des procès d'intention, presque en sorcellerie.

• Comprendre dans quel état d’esprit la session va être menée.
• Clarifier les concepts « d’orientation » et de « projet ».
Comprendre la nécessité d’avoir un projet pour être en mouvement, tout en ne s’y laissant pas enfermer.
Contenu, méthode
L’animateur lit la fable (voir ci-dessous) ou demande à un stagiaire de le faire. Chacun est ensuite individuellement invité à noter spontanément ses premières impressions.
Puis l’animateur remet à chacun une copie du texte et constitue des sous-groupes de réflexion, de
trois à quatre personnes. Il demande à chacun de réfléchir aux liens qu’il est possible de faire entre
le texte de la fable et sa situation d’orientation.
Il reprend ensuite l’exploitation en grand groupe en insistant sur la nécessité de comprendre après
quoi on court, de faire le point sur nos besoins, sur nos propres intentions, sur nos valeurs. Il explique l’évolution du concept d’orientation, l’autonomie attendue de chacun, l’ouverture sur l’extérieur
pour ne pas trop s’enfermer dans un projet, pour être disponible à ce qui arrive, pour être en mesure
de repérer et de saisir les opportunités, pour être « en attente active du hasard ».
Durée
Une heure à une heure trente selon l’importance du débat

Je suis bien mieux placé que vous ne l'imaginez pour savoir de quoi je parle, notamment en ce qui concene le document d'où est extrait le texte que je dénonce. De quoi je parle et tout particulièrement sur la "pédagogie" de l'orientation et notamment en ce qui concerne l'ADVP ; sans le savoir vous me reservez ce que j'ai enseigné.

Ce que vous étalez de la pédagogie de l'éducation à l'orientation vous seriez surpris de savoir que j'en suis largement le présurseur, et les notions d'éducation à l'orientation qu'ont reçu les auteurs de "chemin faisant" et de"Qui plus est" (NB ils me connaissent bien), ils me les doivent largement, notamment, leur propre formation dans ce domaine.

Vous me reservez donc ce que je sais, si ce n'est mieux que vous,  en tout cas sûrement bien avant vous.

Vous me direz qu'il est des élèves qui dépassent les maîtres, et c'est d'ailleurs ce qui peut arriver de mieux, à l'élève comme au maitre. 

Mais permettez que tout de même je vous explique pourquoi ce texte ne mérite pas la place qu'il a dans le document, sur le plan pédagogique, puisque c'est sur ce terrain que vous emmenez tout le monde, surplombant de votre commentaire 'savant'  la plupart des lecteurs , voire les assommant avec l'autorité de ce "savoir" 

Alors parlons pédagogie de l'orientation, et très simplement :

La question est sur quel texte on travaille et pour en faire quoi, avec quels objectifs.

Bien sûr je peux aussi apprendre à lire avec ce texte, mais je ne ferai pas qu'apprendre à lire en m'en servant, je renforcerai évidemment quelques préjugés, dont j'espère qu'ils ne vous échappent pas ! Donc  j'éviterais pour ma part d'en faire une lecture au CP, sauf à m'en servir aussi pour dénoncer les préjugés qu'il véhicule. 

Est-ce le cas dans l'animation proposée  ?

Et posez-vour une première question  : dans votre groupe, il y a la mixité ? On peut espèrer que oui

Question qui en améne vite une autre :

Ce texte du point de vue du travail proposé peut-il être reçu indifférenmment quand on est un homme ou une femme ?

La femme dans le texte , on sait après quoi elle court, c'est clair et on sait aussi que ça lui tombe du ciel. Son malheur c'est de ne pas être mariée, mais Dieu qui l'a fait belle avenante et sans doute fidèle lui envoie le bon mari :   Donc tout va bien pour elle , pas de question à se poser sauf à savoir qui voudra enfin me dire OUI, bref à attendre passivement une demande en mariage.

Voilà qui en rien ne renforce l'idée que l'homme doit trouver un bon métier et qu'une femme doit trouver un homme qui a un bon métier ; n'est-ce pas ?

Alors J'ai regardé évidemment de près la démarche pédagogique, l'objectif de cette animation , peut-être était-il justement de soulever ces deux aspects essentiels de l'orientation que l'ADVP préconise d'aborder de front :

1 / Sortir chacun et chacune des stéréotypes liés à sa situation sociale et familliale et liées à son sexe, en ouvrant grandes les portes des possibles, pour tenter d'échapper au probable imposé par la pesanteur des mentalités.

2 / Se dire et affirmer qu'il n'y a pas de vérité révélée sur soi et sur son destin personnel et donc professionnel : chacun a un pouvoir personnel à gagner et élargir. Et les limites de son pouvoir, ce n'est pas le destin, ce sont les régles et organisations sociales qu'il convient donc parfois de bousculer.

En effet, avec de tels objectifs le texte, quelque peu provocateur sur ces deux points, pourrait-être une bonne entrée en matière, un bon questionnement comme on dit dans notre jargon.

Mais ce n'est pas le cas, hélas. Pensez-bien que je suis allé le vérifier.

Ce qui veut dire, hélas, trois fois hélas, que ceux qui proposent cette "animation collective" n'ont pas compris grand chose de l'ADVP en particulier et de l'approche éducative en orientation en général.

Il faudra donc qu'ils y réfléchissent encore, avant d'induire tout le contraire de ce que l'ADVP est censé permettre. Induire en toute innocence bien sûr. ce qui veut dire de la manière la plus insidieuse qui soit.

Voila ce que vous n'avez pas vu, et ce à quoi, avec tout votre savoir il faut encore que vous réfléchissiez.

Bien cordialement 

 

 

 

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ouais, facile de rebondir sur une phrase décontextualisée. C. Bruni est loin d'être une quiche. Après bon on peut ne pas la supporter mais c'est autre chose.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Alors Mr Ayrault commencez par faire voter la parité hommes-femmes à l'Assemblée Nationale, et tant que vous y êtes attribuez le MÊME salaire à TOUS (Hommes ou Femmes des entreprises publiques ou privées (n'est-ce pas le MDEF?)

  • Nouveau
  • 30/11/2012 20:41
  • Par

 

 

Chouette un nouveau débat d'enfumage distrayant! C'est vrai que le mariage gay commençait à ennyer même ses souteneurs!

Vite qu'un clou chasse l'autre plutôt qu'on parle sérieusement du seul sujet qui vaille : où est le pognon et comment on peut le reprendre?

 

 

vous avez raison.

Je ne dirai pas que c'est de l'enfumage, cela reste des avancées importantes.

Mais il est vrai que le gouvernement semble focaliser ces efforts sur les questions sociales alors que la situation nécessiterait de se concentrer sur l'emploi.

Enfumage ? parce que la violence faite aux femmes, les différences de salaires ... ne sont que des futilités servant à enfumer l'actualité ? Nous représentons 50% de la population, nous mettons au monde les enfants et nous ne sommes qu'un sujet secondaire ? S'attaquer à la finance n'est pas incompatible au combat contre la mysoginie. je vous souhaite de vous réincarner (si ça existe) en femme issue d'un milieu modeste et on en reparlera .

mais bon, je compatie car je sais que, contrairement aux femmes, un homme ne peut se concentrer que sur une chose à la fois.

C'est ça, tu peux toujours y croire que la violence faite aux femmes dans une société libérale va cesser... on commencera évidemment par les executive women. La boniche et la caissière, heuuu... elles pourront attendre... et puis avec leurs emplois du temps bien précaires et plein de trous, pas de problème, elles auront tout le temps de méditer sous l'arrêt de bus ou devant Domino Pizza.

Mais ça, c'est pas un problème intéressant, ça sent la sueur et le graillon, pas le gloss.

 

 

 

La parité, chez les politiques du PS, ou de la droite, c'est demain on rase gratis !

Les salariés au SMIC sont pour 80% des femmes.

Les salariés qui font des horaires réduits, ce sont en majorité des femmes. Elles aimeraient beaucoup faire 35h !

Quant aux députés et sénateurs, il y a des procédures envisageables pour qu'il y ait autant d'hommes que de femmes.

Et beaucoup d'autres inégalités...

Quand les politiques au pouvoir changeront cette situation, je commencerai à croire à leur blablabla.

Vive la 6ème !

j'ai vérifié, effectivement, 80% des smicards sont des smicardes. Merci donc de nous avoir éclairé fortement sur ce point.

ainsi donc  80% des hommes seraient des femmes, je comprend pourquoi il y  a jamais la queue au WC homme et de longue file d'attente au WC femme

Beaucoup de femmes s'étonnent quand elles me voient faire la vaisselle, le repassage, étendre le linge, passer l'aspirateur, ou même simplement faire mon lit (sur ce dernier point c'était en Crète, un autre monde encore, mais pas si loin du nôtre). Les amies de ma femme lui font remarquer : "Tu l'as bien dressé, lui!" Parce que, pour beaucoup, si un homme fait le ménage c'est que sa femme a de l'ascendant sur lui. Ou c'est une tapette. Evidemment. Quelques hommes me regardent avec perplexité, flairant le danger. A chaque fois cela m'agace car rien ne me paraît mériter moins de commentaires. Le fait est que le partage des tâches est souvent perçu comme un rapport de forces reflétant une certaine dynamique du couple. Pour un homme passer le balai c'est moins viril que de regarder sa femme le faire comme si c'était un service dû trouvant sa nécessité dans l'ADN des femmes. Beaucoup d'enfants sont encore éduqués dans cet état d'esprit.

Je faisais étudier en classe je ne sais plus quel texte où un personnage, un homme, pleurait. Un homme qui pleure ! Une de mes élèves, une adolescente candidement sexiste, déclara qu'elle était choquée, qu'elle trouvait indigne qu'un homme pleure. Une fille, d'accord ; une fille a des émotions, elle peut les exprimer, mais un garçon ! Un garçon contrôle ses émotions, et s'il pleure, c'est indigne.

Une collègue à qui j'avais eu l'occasion de dire qu'elle avait des comportements reproduisant machinalement et contre son propre intérêt le machisme ordinaire, se précipita un jour pour essuyer le café que je venais de renverser sur une table. Elle suspendit son geste et me dit : "Mais qu'est-ce que je fais, là ?" Il était évident qu'elle ne se respectait pas elle-même.

Je comprends le pessimisme de la dernière phrase de l'article, car il me serait facile de fournir de nombreuses anecdotes du même genre. Mais je continue à croire que l'égalité entre l'homme et la femme est possible. Tant que ce n'est pas le cas l'une et l'autre ne se rencontrent pas vraiment et restent en souffrance chacun de son côté.

La conquête de l'Egalité homme-femme est l'affaire des deux sexes et pas seulement des féministes (heureusement qu'elles sont là sinon rien ne se passerait). Ce serait une conquête vraiement humaniste.

je suis totalement en désaccord avec vous, il est des femmes qui se sentent bien ainsi, pour m'être fait retirer la quasi totalité de mon aide, je suis bien placé pour le savoir, on ne peut contraindre les gens à faire leur bonheur à l'encontre de leurs envies, ils se sentent génés comme vous dites, mal à l'aise, l'autoritarisme consistant à imposer l'égalité à toutes est une autre forme de machisme.

"l'autoritarisme consistant à imposer l'égalité à toutes est une autre forme de machisme."

Soit, mais la non parité sur les bancs de l'Assamblée Nationale ne vous choque-t'elle pas un peu? Les représentants du peuple représentent celui-ci selon leur population respective non?.

Et là il ne s'agit pas de faire le ménage...euh...quoique si, à y bien regarder!!! (et même ce serait urgent!)

Je n'avais pas envie de vous répondre, mais tout de même, votre commentaire me laisse perplexe. 

D'abord vous faites allusion à ces femmes qui se sentent bien ainsi : c'est-à-dire comment ? Visiblement vous raisonnez par rapport à une expérience personnelle dont j'ignore le détail (et que de toute façon je n'ai pas à connaître mais disons que ça n'éclaircit pas le propos).

D'autre part il ne s'agit pas d'imposer l'égalité, mais de mettre en place les conditions qui la rendent possible. Après quoi, chaque être humain demeure libre de se comporter comme il l'entend. Certaines personnes, hommes ou femmes, se fichent pas mal de l'égalité homme-femme et trouvent en effet que tout va pour le mieux tant qu'elles tirent leur épingle du jeu dans une situation par ailleurs détestable...

Et enfin, ce n'est pas parce qu'il y a des femmes "qui se sentent bien ainsi" (il faudrait voir ce que vous entendez par là) que c'est le cas pour toutes. Le corollaire de votre dernière proposition serait que le laxisme consistant à ne pas se soucier d'accorder l'égalité à toutes ne serait pas une forme de machisme ; mais si ça, ce n'est pas une forme de machisme, qu'est-ce que c'est ? Vous plaidez pour le statu quo, c'est-à-dire que pour vous il est acceptable que toutes les femmes aient moins de droits que tous les hommes, parce que certaines "se sentent bien ainsi".

Etrange.

  • Nouveau
  • 30/11/2012 21:04
  • Par

 

 

Un horizon hardant comme du saindoux mou!

Nourriture à bavardages mais touche pas aux sous .

 

bah vous n'avez qu'à lire les articles traitant d'argent (les impots, corruption, riches plus riches ...au lieu de venir vous ennuyer ici et nous poluer de vos commentaires hors sujet

Je veut l'égalité homme/femme sur les chantiers et dans les usines.

Il n'y a pas que les bobos embourgeoisés dans la vie, les différences de salaires entre hommes et femmes ne concernent que les cadres, pas les ouvriers, un smicard reste un smicard quelque soit son sexe. Parlons plutôt de pénibilité du travail.

Les chiffres de l'INSEE concernant l'esperance de vie dans le millieu ouvrier sont implacables: les ouvriers hommes meurent en moyenne 9 ans avant les femmes...

La différence n'est pas seulement due à un hygienne de vie différente mais à la discrimination dont sont victime les hommes. J'invite tout les féministes à se rendre d'urgence sur le premier chantier ou usine pour constater de visu qui subit vraiment les discriminations les plus graves...

Curieusement cette discrimination est totalement passée sous silence, je n'arrive pas à chiffrer le nombre de morts qu'elle produit, ça doit être effrayant...

Tant que l'égalité homme/femme ne se concevra que dans un sens, ces "égaliteux" n'auront aucune crédibilité à mes yeux.

Le souci c'est que chez les smicards, si vous aviez lu les commentaires précédents, 80% sont des femmes ce qui veut dire que 20% sont des hommes, ce qui signifie qu'elles n'ont jamais accès aux postes d'encadrement ni aux formations.

En effet ce chiffre prouve que si les hommes commencent smicards peu le reste.

Il y a donc un vrai problème d'égalité hommes-femmes  y compris chez les ouvriers.

Ce n'est donc pas un problème qui concerne seulement les cadres, bobos ou pas.

Si vous parlez de pénibilité du travail il est vrai qu'il y a moins de femmes dans le BTP surtout que lors des formations elles sont moquées, discriminées sinon harcelées.

Les féministes devraient vous emmener dans les usines.

Je me souviens aux lainières de roubaix, il y a fort longtemps les trépidations ds machines étaient si forte qu'il fallait en moyenne 2,5 fausses couches pour qu'une femme arrive à faire un bébé.

Alors quand je vous entends je suis en colère et je sais pourquoi, vous êtes sélectif dans vos évidences

Au cas ou vous le l'auriez pas compris je suis ouvrier...

Vous connaissez tellement le millieu ouvrier que vous croyez qu'en commençant smicard un ouvrier (homme comme femme) ne le restera pas toute sa vie, là je me marre.

Quant aux lainières, je ne me prononcerait pas, je ne connais que la plasturgie et la metalurgie, excusez du peu.

Vous pouvez aussi béballer vos clichés d'une autre époque sur le machisme des hommes ouvriers, ces salauds qui brutalisent la moindre femme qui voudrai faire sa place à l'usine ou sur un chantier.Vous ne vallez pas mieux que ceux que vous combattez.

A mon avis, vous n'avez jamais mis les mieds dans une usine moderne...

 

un homme ouvrier n'est pas forcément smicard. Hors une femme, quoi qu'elle fasse, surtout en province, ne peut pas espérer gagner plus. Quant à l'espérance de vie, la femme est de nature plus résitance car l'espèce dépend d'elle pour se reproduire.

  • Nouveau
  • 30/11/2012 22:47
  • Par

"Education sexuelle à l'école : enfin un passage à l'acte ?" lis-je sur Mediapart.
La théorie n'étant pas suffisante, à partir de cette année, cours de pratique ! Du moins, c'est ce que j'y comprends, à cette question.

Justement. La 1ère des inégalités est SOCIALE. C'est pourquoi elle devient SEXUELLE.

Et pour en comprendre le processus, il faut revenir aux époques où le travail était réellement pénible. Les progrès techniques aidant, certains secteurs se sont féminisés puis dévalorisés. Ce qui suppose un ensemble cohérent de représentations construites depuis très très longtemps et qui ont la peau dure.

  • Nouveau
  • 01/12/2012 03:21
  • Par

Bonjour,

Je ne pense pas que "les femmes travaillent mieux que les hommes" comme on peut lire dans un commentaire: ce serait un préjugé qui en remplacerait un autre.

En revanche, je pense  réellement que pour une femme, il est plus difficile de se faire respecter, de progresser et d'accéder à la reconnaissance dans certains métiers, liés au "pouvoir" en particulier.

Pouvoir, ici, au sens large. C'est à dire un poste lié à des responsabilités dans les domaines tels que la finance, la santé (chrirurgien-S versus infirmièr-ES), le journalisme, la politique (secrétair-E de mairie versus Monsieur l-E Maire) etc.

Une femme qui réussit se confronte à deux obstacles:

D'une part, la jalousie de ses collègues femmes qui reproduisent les schémas sexistes :
"Pff, si elle a été nommée, c'est qu'elle a fait les yeux doux au chef " (remise en cause de ses compétences);
"Elle aime le pouvoir, elle est castratrice, tu vois ! " (un homme qui aime le pouvoir c'est normal, une femme, ça choque encore);
"Qu'elle vienne pas me donner des ordres celle-là, cette pétasse" (oui mesdames, la solidarité féminine est un leurre, c’est pas comme le trio testostéroné bière-mâles-rugby).

La domination féminine au travail est peut-être aussi mal vécue...par les femmes elles-mêmes !
Car cela renvoient celles qui n'ont pas progressé dans la hiérarchie à leur propre acceptation de se soumettre à une domination masculine, ancrée dans les mœurs. Alors même que ces dernières aimeraient s'en affranchir. Honteuses qu'elles pourraient être de constater leur soumission, elles ne peuvent que rejeter cette image en miroir, d’une femme-chef affranchie (qu'elles ne sont pas), au sein de leur équipe de travail.
Ne dit-on pas que la honte doit changer de camp pour le viol ? La honte doit aussi changer de camp, pour les femmes qui acceptent de se soumettre aux règles du travail selon des codes dominant masculins.

Second problème de taille, les premiers menacés par l’ascension féminine: les hommes. Forcément, la femme fait peur: elle sait faire des bébés, donner la vie quoi, et pleins d'autres choses mystérieuses pour les hommes...et en plus elle voudrait travailler mieux qu'eux ? Quoi ?
"Et si elle devenait meilleure que moi ?". Traduction: "Et si elle remettait en cause notre pouvoir et nos codes archaïques dominants ?". Bah mince alors, c’était pas mal rôdé notre mécanique.

Deux fronts. Pour une femme, il faudrait être donc plus tenace et  irréprochable qu'un homme. Faire ses preuves...mais plus ! Vigilante, sur les deux fronts, pour gagner le respect au travail, car les deux sexes sont à l'affût de la moindre erreur qui viendrait désapprouver sa légitimité hiérarchique supérieure.

Expérience de terrain...

J'ai pu constater sur le terrain une différence de traitement dans mon travail, avec mon homologue masculin : aussi jeune que moi (tranche 25 - 30 ans) et fraîchement arrivé en CDD avec un contrat identique.
Il n’avait pas de compétences dans ce milieu auparavant, moi oui (études, stages et job dans le domaine). Notre employeur était tout à fait satisfait de nos compétences respectives, loin de moi l'idée de nous comparer à ce niveau.
Or, tous deux nouveaux, nous étions donc encore inconnus de nos interlocuteurs à rencontrer. Les premiers contacts avec ces derniers, qui ne permettent pas à priori de juger de notre talent donc, ont été inégaux à notre encontre.

Voici.

Femme et jeune, j'ai eu droit à...

Habillée correctement, très classique, sans converses déchirées, ni look d'ado-artiste-étudiante attardée, pas trop moulant. Bref, selon la décence que laisse supposer le règlement intérieur de mon emploi. Et même sans jupe si possible, pour éviter les remarques sexistes.

Florilège:

"Bonjour Melle, mais, vous êtes…heu la stagiaire ?", " Vous comprenez ce que je vous dit, je veux dire je ne parle pas trop vite ? Vous arrivez à prendre des notes ?". Et quand bien même, si j'étais stagiaire, où est le problème ? Il y a un début à tout.
Ou encore :"Je ne sais pas depuis quand vous vous essayez au métier de "journaliste ou rédacteur", je vous réexplique un peu avant de commencer ?" "Les emplois d'avenir vous en avez entendu parler ? Vous avez écouté le 20 H ?"
"Ce n'est pas Monsieur untel qui devait venir ? Vous êtes qualifiée pour traiter de ce sujet ?" "Vous avez fait quoi comme études avant ?" "Ha pardon, j'attendais un monsieur, vous vous êtes présentée correctement à l’accueil ?"

"Mais, heu, c’est vous qui allez écrire aussi ?"...Oui, oui, on m'a appris depuis l'école primaire il me semble.

Je passe les remarques purement sexistes : "Hum, mignonne la nouvelle !". Certaines sont collectors.

Pour un homme, répondre aux questions d'une femme pose encore problème malheureusement. Aller messieurs, quelques séances aux réunions des "machos anonymes", pourquoi pas, remboursées par la Sécu, et ça devrait s'arranger. Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez peut-être trouver des cours de repassage (https://www.youtube.com/watch?v=sAwphaWaGNg), mais là, c'est un autre sujet...

Point d'interrogatoire de compétences pour mon homologue masculin

C’était plutôt : "Haaaa, c'est super ça comme métier le journalisme !"  "Bon, à bientôt, un verre ou au prochain match". "C'était pas votre domaine de formation au départ, mais c'est bien, c'est enrichissant ! Ca m'aurait plus aussi de faire ça ! ".

Et surtout, jamais, il n'a jamais été pris pour UN stagiaire: stagiaire serait seulement féminin, UNE. Peut-être la force du fantasme de la secrétaire, de l'élève ou de la petite stagiaire photocopieuse...qui sait. Mon homologue masculin, en tant que petit nouveau, n’a jamais subi d'allusions relatives à sa capacité de traiter d'un sujet dès la première poigné de main ou le premier regard en déplacement : c'est là plus grande inégalité homme/femme, qui ne peut que me révolter.

Mais oui, j’oubliais, c’est un homme. Il est nouveau, mais "ça apprend vite ça un homme, c’est dégourdi". Depuis la nuit des temps ce chasseur-cueilleur sait se frotter au monde, ramener du gibier, ou par extrapolation...de l'info ! Une fille, c’est un peu plus potiche, ça organise la cuisine, ou l'agenda du héros.

Pourtant, au départ, mon collègue avait un caractère plus timide que le mien. Comme quoi…Mais oui, j’oubliais encore, mes livres de lecture de maternelle : "Les filles sont timides et polies, et les garçons sont fonceurs". Mince, mince, mince. Je devrais reperdre confiance en moi, pour rentrer à nouveau dans le cadre du cliché.

Conclusion, on est encore loin de l'égalité !

On en est encore, femmes, à devoir "prouver". Prouver que nous méritons "d’arracher" cette égalité aux hommes détenteurs du pouvoir, prouver que notre "douceur", notre "altruisme" et notre "sens de la communication" ne sont pas nos seuls atouts à faire valoir dans une équipe de travail.

 

  • Nouveau
  • 01/12/2012 03:40
  • Par

Et à part 4 ou 5 articles sur les femmes, MDP n'a vraiment rien à dire ? Ca baisse...

  • Nouveau
  • 01/12/2012 12:31
  • Par

Ces nouvelles mesures dissimulent bien mal une grande inégalité  qui  touche beaucoup de femmes :

Dans le dernier texte (décret 2012-847 du 2 juillet 2012) sur les retraites "carrières longues", le service militaire continue comme avant la réforme à être  assimilé à 4 trimestres "cotisés" et la grande avancée "socialiste"  réside dans l'attribution de  ... 2 trimestres supplémentaires cotisés pour la maternité et ce quel que soit le nombre de maternité.

Le bloc total  (maladie, maternité, accident du travail) de trimestres "assimilés cotisés" est donc porté à 6 trimestres maximum pour la totalité de la carrière. (la question du chômage touchant hommes et femmes n'entre pas dans cette analyse)

Compte tenu que "Les trimestres de majoration de durée d’assurance pour enfant, d’AVPF et de trimestres de majoration de durée
d'assurance au titre d’un congé parental, n’entrent pas  dans le champ des trimestres « réputés cotisés »" (DGFP service des retraites de l'Etat "questions réponses sur la réforme ")

Ainsi les femmes qui se sont arrêtées de travailler un temps pour élever les enfants ne  bénéficient pas dans ce dispositif, des 8 trimestres par enfant qu'elles se voient reconnaître dans le régime de droit commun des retraites, alors même que les pouvoirs publics de tous bords n'ont cessé de les inciter à sortir du champ du travail  !!! (la merveille qu'est la variable d'ajustement du travail des femmes sur le marché du travail)

Merci mesdames et messieurs du gouvernement pour ce salut aux droits des femmes, merci pour la vigilance de la ministre du droit des femmes  : un homme ayant fait son service militaire bénéficie de 4 trimestres supplémentaires auxquels s'ajoutent le potentiel de 4 trimestres au titre de la maladie et accident du travail soit 8 trimestres au total alors que les femmes qui ont mis au monde des enfants (car le texte précise bien qu'il s'agit de périodes liées à l'accouchement) ne peuvent au total bénéficier que de 6 trimestres de bonification sur l'ensemble de leur carrière (non compensés par  la majoration de 8 trimestres par enfant )

c'est bien cela l'avancée du droit des femmes vu par les "socialistes" en 2012;

 

PS : qu'on ne s'y trompe pas, le problème ne se situe pas dans les trimestres reconnus au titre du service militaire, mais ces mesures aussi précises dans leur définition et leur calcul, illustrent, s'il en était besoin, la considération de la situation des femmes par nos "représentants" - à ma connaissance seule la CFTC aurait contesté la limitation de la mesure, mais je ne demande qu'à être démentie.

 

 

 

 

Il y a des signes, parfois, qui me rende un peu optimiste Sourire

jouets-1.jpg

"Les catalogues de Noël connaitraient-ils leur mai 68? Pour présenter les jouets qui figureront sur les listes de milliers d'enfants, la chaine de distribution Super U a choisi de présenter des petits garçons qui dorlotent leur poupée, ou des petites filles qui font vroum-vroum avec leurs voitures téléguidées."

Tout l'article, ICI.

Si même la grande distrib s'y met, alors !

 

 

La joie qui m'étreint est immense. Nos sociétés s'envolent vers les cimes du progrès!

 

 

 

Et la nature méprisante de vos coms vous font vous envoler (ou sombrer, plutôt) vers la vacuité la plus pure.
Vous n'avez rien d'autre de plus intéresant à faire que de brasser du vide ? 

J'aime la brasse dans VOS vides!

 

T'inquiètes, mèmère, je me désabonne, c'est pour bientôt... vous resterez entre sociaux-libéraux moulinant vos débats pré-fabriqués par le Parti de la Presse et de l'Argent. Tu pourras maigrir à l'aise avant les vacances.

 

 

Mister GaM

Ha, ha, elle est bonne, celle là, j'en ai rien à foutre de maigrir !

Toi, par contre, tu pourra continuer à t'aigrir loin d'ici, et j'imagine que c'est tant mieux.

J'aime les gens en colère, car il ya de quoi l'être en colère. Mais il ne faut pas se tromper d'ennemi.

Et comme je l'ai répété maintes fois aux agressifs bien planqués derrière leur pseudo comme vous, qui partent au quart de tour à la première occase, je suis certaines que si on avait pu échanger nos révoltes et nos idées sur le monde autour d'un café on aurait eu un excellent échange.

Réfléchissez là-dessus et prenez soin de vous.

Enfumage socialiste ! Comment parler beaucoup pour ne rien faire, voilà à quoi on peut résumer ces mesures. Le plus emlématique de tout étant les pseudo accords sur l'égalité homme femmes dans les entreprises. Accords qui ne changent absoluement rein à la réalité mais sont obligatoires. Comme pour les "séniors" les entreprises seront obligées de faire des acoords bidons au contenu insignifiant sous peine de sanctions. Résultat des courses : rien ! Mais faire une loi qui dissuaderait le secteur de la grande distribution de ne recourrir qu'au temps partiel, ça on n'en parle pas, évidemment cela froisserait les employeurs du secteur.

Quand aux cours dans les écoles sur l'égalité homme-femmes, c'est une mesure qui a l'avantage de ne rien coûter quand à son efficacité, on peut être sceptique. C'est dans la cour d'école que se construisent les rapports de force entre genres, le point de vue du prof ou de l'instituteur n'a guère de poids.

Comme dans tous les domaines, ce gouvernement cause beaucoup mais agit très peu

  • Nouveau
  • 01/12/2012 18:19
  • Par

Ce qui me fait mal c'est qu'on dise que le gouvernement prenne en mains les droits des femmes parce ce que çà ne coûte pas cher, parce que cela cache l'incapacité de ce gouvernement à régler d'autres problèmes. Voilà encore une réduction vis à vis des femmes!!! Sujet forcément subaltene, secondaire!!! Criant

Hollande veut une génération de "twitteuses pompardouriennes  jalouses  "? Rigolant

Hollande voulait aussi la nationalisation de Florange à ce que l'on disait et n'y est pas arrivé. Pour les exigences des féministes énervées, ça reste à voir...

Hollande voulait aussi la nationalisation de Florange à ce que l'on disait et n'y est pas arrivé. Pour les exigences des féministes énervées, ça reste à voir...

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Toutes les personnes citées ont été interrogées ces derniers jours par téléphone.

Les éléments tirés des 110 propositions de François Mitterrand sont tirés de l’ouvrage collectif publié par Mediapart Les 110 propositions 1981-2011, Manuel critique à l’usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie (éditions Don Quichotte, 2011).