Harcèlement sexuel: des trains de la gare du Nord aux prud'hommes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au cours de l’enquête, elles ont tenté d’expliquer pourquoi elles n’avaient pas parlé plus tôt. La honte. L’angoisse de devoir raconter à leur propre mari. La peur des représailles, de perdre leur emploi, de ne plus pouvoir nourrir leur famille. Et puis, a lâché Karima, « on ne savait même pas ce que c’était le harcèlement sexuel. On croyait que c’était plus grave, que c’était forcer à des relations sexuelles ». En décembre 2012, l’une d’entre elles a lâché le morceau et s’est longuement confiée à l’Association européenne contre les violences faites aux femmes (AVFT). Trois autres l’ont suivie. Lundi 30 novembre, elles feront face à leur employeur, H Reinier, filiale de Onet, une société de nettoyage sous-traitante de la SNCF. Cela se passera devant le conseil des prud’hommes de Paris, à moins d’un kilomètre de la gare du Nord, où elles racontent avoir subi des agressions et des humiliations à répétition.