Etienne, de la cité des 3000, intérimaire et donc non gréviste

Par
Etienne vit et travaille à Aulnay-sous-Bois dans l'usine automobile PSA. La grève de jeudi ? Il n'y a même pas songé. Intérimaire, il doit se protéger. Et penser à son avenir. «En 2006, certains intérimaires avaient fait grève pour une hausse des salaires. Au bout de leur mission, aucun n'a été reconduit», dit-il. Portrait.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme un jour ordinaire, Etienne est sorti de l'usine à 14h37. Chez PSA, à Aulnay-sous-Bois, certains ont fait grève. D'autres ont débrayé à 12h30 pour partir en car à la manif et ne perdre qu'une vingtaine d'euros sur leur journée. Etienne, lui, est resté jusqu'au bout. Faire grève ne lui a «même pas traversé l'esprit». Il réfléchit. «Pendant une mission précédente en 2006, certains intérimaires avaient fait grève pour une hausse des salaires. Au bout de leur mission, aucun n'a été reconduit.»