Expulsions: Valls fait du chiffre grâce aux Roms

Par

Le record de reconduites à la frontière a été battu en 2012. Manuel Valls ne l'assume qu'à moitié. Pourtant, ce résultat n'est pas le seul fait de son prédécesseur de droite. Depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir, les Roms sont expulsés à tour de bras, au point que le ministre est contraint d'abaisser le montant de l'aide au retour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Ville de Paris n'est pas seule en cause. Que des familles roms dorment dans les rues de la capitale est aussi le résultat d'une politique d'État particulièrement répressive à l'égard de cette population. Les démantèlements de campements au-delà du périphérique ont des répercussions sur les communes avoisinantes, en premier lieu Paris. Délogés, les occupants cherchent refuge un peu plus loin. Et c'est ainsi que, parfois, ils échouent dans les cabines téléphoniques de la place de la Bastille ou sur les trottoirs de la rue du faubourg Saint-Antoine.