L'UMP et le PS en faux jumeaux

Par
Le quinquennat, en accélérant la vie politique française, a mis les grands partis à vocation présidentielle sens dessus dessous. Entre deux échéances, toute tentative de construction politique devient suspecte d'avoir des visées électorales. D'où le verrouillage à droite et les escarmouches à gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'UMP et le PS sont des jumeaux dizygotes. Ils ne sont pas issus du même placenta politique, mais ils ont en commun le gène du présidentialisme qui les ligote dans un destin similaire. Pour ces faux jumeaux, la vraie conséquence est qu'ils sont d'un emploi de plus en plus incertain entre deux échéances présidentielles. Le quinquennat, en accélérant tous les rythmes de la vie politique, aboutit aujourd'hui à ce que l'UMP en devienne plus encore verrouillé, et le PS paralysé.