Salafiste et djihadiste : le physicien Adlène Hicheur réfute ce portrait à charge

Jugé à Paris après deux ans et demi de prison, Adlène Hicheur, physicien, est accusé, sur la seule base d'échanges de courriels, d’avoir projeté des attentats en France ou, à tout le moins, la constitution d’une cellule djihadiste. Il assure n’avoir « jamais embrayé » sur du « concret ». Comment prouver l'absence d'intention de commettre un acte qui n'a pas eu lieu ?

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Malgré l’affaire Merah, il n’a pas voulu déposer une demande de report du procès. Car depuis son arrestation au petit matin du 8 octobre 2009 au domicile de ses parents à Vienne (Isère), il n'a qu'une idée : être enfin jugé, après deux ans et demi de détention provisoire. Adlène Hicheur, 35 ans, enseignant-chercheur en physique des particules détaché au Cern, est accusé d’avoir projeté des attentats en France ou, à tout le moins, la constitution d’une cellule djihadiste.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal