Régions épargnées: pourquoi le virus y circule peu

Par Lise Barnéoud

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je me suis installé sur la ligne Maginot : pendant deux semaines je suis allé au boulot en me préparant à la guerre mais finalement la guerre m'a contourné, et j'ai joué à la belote en ligne pour passer le temps. » Philippe Comte est médecin de campagne à Allex, une petite commune de 2 500 habitants dans la Drôme. Comme lui, de plus en plus de médecins, infirmiers, anesthésistes, réanimateurs… témoignent de leur « drôle de guerre ». « On est comme Brice de Nice, le mec qui attend la vague qui ne vient pas », ironise Yvon Le Flohic, médecin à Ploufragan, près de Saint-Brieuc, en Bretagne.