La suppléante de Balkany dénonce ses «avances» répétées

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au début, elle a «eu droit à des réflexions pas méchantes comme “Oh, tu es jolie aujourd'hui”, “tu as de beaux yeux”». Puis les avances se sont faites plus pressantes: «Tu sais que tu me plais» ; ou encore «De toute façon, un jour, tu finiras dans mon lit». Jusqu'au jour où il lui demande de «passer à la mairie» car il est «tout seul» et qu'«Isabelle (sa femme) n'est pas là». ««J'ai toujours refusé ses avances (...) mais rien ne l'arrête, il tente toujours sa chance. (...) J'ai compris qu'il n'envisageait la relation avec sa suppléante qu'en version allongée. C'était très clair. Je regrette qu'on ait jamais eu de discussions sérieuses. C'est insultant.»