Au procès France Télécom, un cadre expose «l’indifférence de la direction» face aux suicides

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand peu avant 20 heures, mercredi, Sébastien Crozier s’avance à la barre, cela fait déjà plus de six heures que la quinzième journée d’audience du procès France Télécom a débuté. Les débats se sont embourbés, comme cela s’est déjà produit les jours précédents, dans la recherche de responsabilités.