Résister à la «casse» de l’hôpital public

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis le 18 mars 2019, le service des urgences de l’hôpital Saint-Antoine est en grève, rejoint depuis par des services d’urgences dans toute la France. Malgré la naissance d’une coordination nationale, rassemblée samedi à Paris (lire ici le reportage de Caroline Coq-Chodorge), la ministre de la santé Agnès Buzyn n'a rien lâché, ce qui provoque la colère des personnels. « Nous protestons après une multitude d’agressions et en raison de conditions de travail déplorables », explique sur le plateau de cet « Espace de travail » Candice Lafarge, aide-soignante à l’hôpital Saint-Antoine.