Le NPA, une gauche radicale comme nulle part ailleurs, promet Besancenot

Par
Réunis à la Plaine Saint-Denis ce week-end, huit cents délégués ont donné le coup d'envoi de la création du "Nouveau parti anticapitaliste" ou NPA. Devenus minoritaires dans cette organisation qu'ils ont suscitée, les responsables de la Ligue communiste révolutionnaire se félicitent d'une ouverture qu'ils jugent réussie, multipliant par trois leur effectif. Et cherchent à faire émerger de nouvelles têtes autour d'Olivier Besancenot. Reportage sur les premières heures de ce «grand parti de la base».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le dernier discours vient de se terminer à la tribune. Les gens ont applaudi, puis se lèvent. Moment de flottement. Un coin de salle lance alors "l'Internationale". Timidement, puis plus franchement de plus en plus de poings se lèvent. Jusqu'à un refrain final repris par deux gros tiers de l'assistance.