Notre identité est de relation

Par

Marine Le Pen a pris prétexte d’incidents mineurs mais surmédiatisés après les matchs de qualification de l’équipe d’Algérie au Mondial pour désigner à la vindicte xénophobe nos compatriotes d’origine algérienne, en mettant en cause la double nationalité et le droit du sol. Face au silence assourdissant de nos gouvernants, voici notre réponse, défense d’une identité française tissée de relation entre ici et là-bas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Invitée, dimanche 29 juin, du « Grand Rendez-Vous Europe 1, i-Télé, Le Monde », la présidente du Front national a affirmé qu’il fallait « maintenant mettre fin à la double nationalité » et dénoncé « l’échec total de la politique de l’immigration ». Visant les supporteurs en France de l’équipe d’Algérie, assimilés en bloc à des « Franco-Algériens », elle a proposé, sous la forme d’impératifs catégoriques, leur exclusion de la communauté nationale : « Il faut supprimer la double nationalité. Il faut arrêter l'immigration (…). Il faut supprimer l'acquisition de la nationalité automatique au motif qu'on naît sur le territoire français » (lire ici).