A l'UMP de Paris, les ministres rangent leurs armes

Par
Alors que les élus parisiens se préparaient à un duel entre les ministres Christine Lagarde et Rachida Dati pour prendre la tête de la première fédération UMP de France (31.000 adhérents revendiqués), c'est finalement le président sortant, Philippe Goujon, qui devrait solliciter un troisième mandat, contrairement à ce qu'il avait annoncé il y a plusieurs mois. Les élus de la capitale ont-ils opté pour l'apaisement ou bien faut-il y voir la main de Nicolas Sarkozy?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


«Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent», disait Charles Pasqua. Une maxime qui s'applique à merveille à la fédération UMP de Paris ces temps-ci. Son actuel président, le maire du XVe Philippe Goujon, l'avait dit et répété: il ne sollicitera pas un troisième mandat à l'occasion des élections internes, à l'automne. «Je ne demanderai pas le renouvellement de mon mandat, considérant qu'il est nécessaire que de nouvelles têtes arrivent aux responsabilités, nous confiait-il au lendemain des municipales. Cette décision a été prise à la rentrée, quand j'ai décidé de me présenter à la mairie du XVe». Aujourd'hui, il est pourtant question qu'il rempile.