Sarkozy cherche un rebond à son extrême droite

Par
Le discours ultra droitier prononcé à Grenoble par Nicolas Sarkozy, vendredi 30 juillet, vise à clore la séquence de «l'affaire Bettencourt-Woerth» et à appâter les électeurs du Front national.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le discours ultra droitier prononcé à Grenoble par Nicolas Sarkozy, vendredi 30 juillet, vise un double objectif: clore la séquence de l'affaire Bettencourt-Woerth et hameçonner les électeurs du Front national. Le chef de l'Etat, depuis plusieurs jours, tentait d'étouffer le scandale provoqué par les enregistrements pirates, mais l'Elysée expérimentait, pour la première fois, la communication à vide. Le 12 juillet, son intervention télévisée (qui s'appuyait sur un rapport de l'Inspection générale des finances censé blanchir le ministre) avait fait flop, déclenchant une quasi-panique au Château.