La croissance française tient le cap, mais reste fragile

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Moi aussi je sais chercher sur internet. 

Moi aussi je ne sais ni analyser ni comprendre ce qu'il s'y dit et encore moins synthétiser pour conclure.

Je faisais appel à l'intelligence. Les liens que je vous ai trouvé, et analysé avant de les proposer, sont déjà des synthèses. Le theme est pratiquement le balayage de tous les postes des ménages, celui de l'insee. Vous ne savez donc pas cherchez les bonnes infos sur le net... et n'en comprenez pas les conclusions. Elles semblent évidentes: la fonction de l'Économie est la santé du Vivant, pas le pib. Donc je vous rappelle:

- le sujet de l'article,

- le pib,

- le balancement des liens,

- nutrition, logement, morale, santé, organisation des tâches utiles (je vous précise qu'il s'agissait donc du chômage), j'ai oublié le pisa,

- à gauche, tout ce qui fait augmenter le pib,

- à droite les conséquences et la perversité de la langue de bois du macronisme, oser parler de bouffée d'oxygene et "empoisonnement" d'auchan quand drive et grande distrib signifie crétin en peugeot diesel, malbouffe et maltraitance des travailleurs...

- sur fond de catastrophe écologique.

Mon propos était donc, ce n'est pas nouveau, que le pib était une "projection" stupide de l'Économie sur un axe dont l'usage est purement à l'intention du gogo. Bonne relecture et bonne synthèse !

Ps je voulais mettre ce tableau, mais il y a des problèmes de différences en santé et éducation. Intéressantes d'ailleurs: les américains paient moins d'impôt, certes, mais paient lourdement santé et éducation. Mon analyse portait par fonction au niveau global du pays, au niveau "politique".

https://www.lsa-conso.fr/consommation-comment-les-menages-depensent-leur-argent-dans-le-monde-infographie,229644

Charles Hubert,  je ne pensais pas qu'en 2 mois, un président nouvellement élu ait obtenu de tels résultats... Votre intro n'est pas sérieuse, votre conclusion, je la cherche toujours.

 

YV

Quand je parle de macron, je parle du macronisme, qui ne date pas, vous me l'accorderez, de 2017 !

Le macronisme a trente-quarante-cinquante ans, comme ce hermand. Et je vais donc vous retourner votre reproche: vous ne pensez pas sérieusement:

- qu'il suffira à macron de "décider" d'augmenter le pib pour le faire augmenter,

- mais bien plus sérieusement encore que s'il y parvenait de la façon que nous savons cela répondrait au constat alarmant sur la Santé de la population ! Il y a bien plus de chances que cette "croissance" soit le résultat d'une catastrophe !

En tout cas quand je vois un jeune en train d'acheter un soda je lui dis de bien réfléchir: la meilleure boisson étant l'eau du robinet, quasi gratuite, le pib de macron en prend un coup.

Ce sont comme tous ces cours de la bourse dont France Inter nous bassine toutes les heures pour des hausses ou des baisses d'un pouième sans le moindre intérêt sauf pour les ordinateurs des traders qui parasitent le fruit du travail des vrais gens !

Les cours d'une bourse qui tourne en vase clos ! Un vase de nuit bien sur ;-)

Je n'ai jamais compris pourquoi notre argent est dépensé pour nous donner ces cours sur le service public, peut-être cela fait-il partie de la propagande pour nous rappeler, nous convaincre, de l’importance de la bourse et qu'elle a toujours une "signification" dans l'économie de prédation actuelle :-)

Au fait, si cette croissance existe vraiment, nous savons tous que l'on fait dire ce que l'on veut aux chiffres "officiels", comment est-elle partagée ? Une croissance de 1% annuel suffit-elle à m alimenter l'augmentation de 10% des dividendes et autres "petites augmentations des" revenus des 1% ? :-)

Tiens? Voilà de la croissance! Bel hymne à la production des gouigouis (dont beaucoup meurtriers) dont le capitalisme abreuve nos sillons.

Comprendre les phénomènes d'effondrement de sociétés:

https://www.youtube.com/watch?v=1dgjIeR5DBY

Thermodynamique des transitions économiques:

https://www.youtube.com/watch?v=5-qap1cQhGA

Je vous propose un autre titre, moins glorieux en apparence mais reflétant mieux la réalité:

"Le pillage français tient le cap mais reste encore insuffisant".

Bis répétitas

En vérité la croissance française actuelle dépend principalement de facteurs exogènes et conjoncturels, faible prix du pétrole et faibles taux d'intérêts. L'impact des politiques publiques françaises sur la croissance demeure bien limité, quel que soit le gouvernement en place.

Le cours du brut ou les taux d'intérêts remontent, et c'est la fin de cette belle dynamique.
Je doute que les rentiers européens acceptent encore longtemps de voir leur épargne aussi mal rémunérée, c'est peut-être bientôt la fin de l'argent "gratuit". Pour les cours du pétrole, il est bien difficile de prévoir de quoi demain sera fait.

Mais surtout plus de croissance, c'est la certitude de foncer plus vite et plus fort dans le prochain mur qui se présente sur notre chemin : crise financière, écologique, pic pétrolier...

Ah! Qu'il eût été préférable que La croissance s'effondrat ! Les paranos et grincheux s'en seraient donné à coeur joie ! Macron à la baraka! Cette accélération de la croissance va combler un peu les déficits ! Continuez le Macron bashing ! Il faut bien se défouler !

Parce que vous pensez sérieusement qu'une croissance ou un déficit de 0.5% actuellement doit quelque chose à Macron, Hollande ou Sarko?

Tout est une question de confiance ,voire d'optimisme ! Certes il n'est ni dieu , ni cesar , ni tribun ! Mais tirer sur le pianiste à longueur de journée , n'incite pas à l'optimisme ! Dans le classement mondial sur le ressenti , les Français se classent juste avant les Afghans !

Juste un point de réponse dans cet article :

"la dramatisation budgétaire du gouvernement semble de plus en plus artificielle et ne saurait justifier, par exemple, des économies de bouts de chandelle du type de la réduction de 5 euros des aides personnelles au logement."

On tire sur le pianiste car :

- Il joue mal,

- Il est un menteur avéré,

- Il part apparemment sur une politique économique de déréglementation, de dérégulation dont même le FMI commence à penser que c'est une erreur.... Y a que cette corrompue de Lagarde (responsable mais dispensée de peine.. on croit rêver) qui fait une annonce de soutien du FMI, à contre pied de toute ses annonce depuis quelque temps déjà. Pas besoin d'être surdiplômé pour sentir à plein nez l'annonce de complaisance.

Sur qu'avec  Mélenchon le plein emploi , l'oseille , le beau temps... sepointeraient a l'horizon ! Au fait c'est quoi msieu , l'horizon ? C'est une ligne qui recule au fur et à mesure que tu avances !

Mais pourquoi vous me parlez de Mélenchon? Où ai-je parlé de lui? Allez boire une camomille, ça vous calmera

Partout on nous explique que Macron-Merkel vont sauver l’Europe mais je crois que c’est plutôt la dream team pour tuer la reprise. Macron avec son austérité, Merkel avec la pression des allemands sur la BCE pour la diminution du quantitative easing, dont les simples rumeurs font d'ailleurs déjà remonter l’euro.

Il est intéressant que le FMI mettait en garde ces jours-ci la BCE contre une normalisation trop rapide de la politique monétaire. 

 

Mais quelle reprise ? Il est de plus en plus certain qu'il n'y aura jamais de reprise, même les libéraux et les économistes néo-classique commencent (sans en comprendre les causes) à parler de "stagnation séculaire".

Le moteur de l'économie mondiale c'est l'énergie, et notre approvisionnement en énergie pas chère, abondante et facilement utilisable (comprenez en pétrole) stagne, et diminue même dans certaines régions, comme en Europe. C'est la raison principale du ralentissement économique que nous connaissons depuis 40 ans et le premier choc pétrolier.

Les crises financières et les affrontements idéologiques ont eu tendance à nous masquer cette réalité, mais notre PIB est condamné à stagner à court terme et à décroitre à moyen terme, pour des raisons physiques totalement indépendantes de notre volonté. Néo-classiques et néo-keynésiens, économistes atterrés comme libéraux, tous se plantent à penser pouvoir relancer la croissance.


Qui prend le PIB au sérieux n'est pas sérieux   yell

 

Culte ÏB © N Culte ÏB © N

 

Est-ce que l'auteur connait  la "tirade" de Bob Kennedy le 18 mars 1968 à l'université du Kansas ?

Déjà que le PIB est incalculable sérieusement.

Même l'IDH est dépassé 

https://www.les-crises.fr/inegalites-revenus-france-1/

Au vu de:

- l'empreinte écologique des français (toutes personnes résidant, vivant habituellement sur le territoire appelé internationalement "france")

- la répartition des revenus,

- la loi de Pareto, 80 % des français consomment 20 % etc

- sachant qu'il n'est pas question de réduire l'empreinte des plus modestes puisqu'ils ne "consomment" à 80 % que 50 % de la part de planète équitable ( 20 % de 2,5 planète),

- il faut donc au minimum réduire la conso des 20 % à la part mettons de 50 %, ce qui est déjà bien.

Pourriez-vous, Romaric, nous fabriquer (2) des "indicateurs" dans ce sens, à mettre dans un tableau de bord de la Dignité ? N'hésitez pas à inventer de nouveaux espaces pour visualiser le réel, avec leurs lois de composition spécifiques, algèbres, mathématiques, que nous pourrions alors appeler "économiques" etc etc. Villani pourra peut-être enfin servir à quelque chose d'utile... Sinon, plus intéressants, les réseaux neuroniques, qui sont déjà plus performants que lui ... 

Ah ! N'oubliez pas d'intégrer dans ces "économiques" (2), à rapprocher comme le dit Alfred de la thermodynamique, tout le Vivant et son environnement. Plus les "lois" de l'Évolution, ses "pressions" etc etc. MDP prix nobel de l'économie 2030 ça aurait de la gueule, non ?

(1) ou des "lois": après tout, puisqu'une penicaud s'y croit autorisée...

(2) En économique, 1 △ 1 n'est pas égal à 2.

Remarquable analyse, qui éclaire la réalité et  modère l'emballement médiatique sur la croissance retrouvée.

Il est étonnant que toute les médias  dominants ou presque  reprennent d'un même élan le discours du ministère des finances et ne retienne du rapport de l'INSEE que ce qui conforte la vision actuelle.

 

  • Nouveau
  • 30/07/2017 15:56
  • Par

Consommation fuite en avant , perdition d'un système à bout de souffle qui favorise financièrement les très riches , ne produit en fin de compte que pauvreté , destruction de la planète , empoisonnement des populations .

Le gouvernement actuel c'est cela , rien d'autre , rien de nouveaux ...

Pourquoi ne pas favoriser l'investissement écologique , l'exportation , la création , la recherche , la masse salariale importante au nombre de salarié (hors salaire des dirigeants) à travers une fiscalité claire et simple .

Pourquoi ne pas sanctionner fiscalement la finance pure la recherche de bénéfice à tout vas là aussi à travers une fiscalité claire et simple , pas l'optimisation fiscale la fraude comme la complexité du code fiscale le permet (c'est peu être voulu par nos technocrates) .

Faire des cadeaux fiscaux aux plus riches aux entreprises sans contre parti réelle voila ou l'on en est , et l'on parle de consommation !!!! de quoi ??? par qui ??? avec quel argent ???

  • Nouveau
  • 30/07/2017 16:34
  • Par

Depuis les années 80, on nous parle régulièrement de frémissements de la croissance !!!!!!!

Que nenni, j'aimerais bien qu'on m'explique ce qui pourrait subitement provoquer de la croissance !!!!!

Pour que la croissance reparte, il faudrait qu'il se produise un évènement MAJEURE, ( cataclysme mondial, guerre mondiale ...)

La CASTE MONDIALE n'en veut pas de la croissance, elle est servie, elle, et bien servie.

Il faut voir plus loin que son nez !!!!

mdr !!!

Pourquoi les entreprises investiraient-elles puisque la réforme du Code du Travail leur promet toute liberté sur les salaires et la flexibilité ?

Pourtant c'est bien là que se situe la faiblesse des entreprises françaises : ne pas investir sinon dans des projets immobiliers (donc non productifs) et des opérations financières (rachats d'actions, l'aveu d'absence de projets pour le futur).

La faiblesse de l'équipement des entreprises françaises en robots est criant comparées à leurs homologues allemandes, japonaises ou italiennes.

Quand remettra-t-on en cause le soit-disant esprit entrepreneurial des dirigeants d'entreprises en France qui se comportent pour nombre d'entre eux comme des gestionnaires sans vision stratégique ? Rogner sur les salaires : tu parles d'une vision !

Je ne comprend pas la liaison que vous faites entre investissements et code du travail car l'inverse est vrai également: plus de flexibilité sur l'emploi permet également de justifier des investissements.
Quand à la faiblesse des équipement en France ce n'est vraiment pas cela qui fait défaut c'est plutôt que notre industrie est absente du marché des machines outils.

C'est mon point de vue; on peut ne pas être d'accord ....

+1000. On dit toujours que les salariés sont chers mais l'incompétence de leurs dirrigeants l'est bien plus. Pareil, notre problème de compétitivité c'est que nous sommes trop bas de gamme par rapport à nos coûts de main d'oeuvre. Pourtant la mondialisation, l'euro, ça se voyait arriver... Mais le pb c'est les vilains salariés pas compétitifs!!!

" le pb c'est les vilains salariés pas compétitifs!!! "

C'est vrai que par rapport aux esclaves du tiers-monde, l'indécente gourmandise salariale de nos méchants ouvriers ne peut que conduire nos braves patrons à délocaliser leurs activités dans ces pays de cocagne et à planquer les profits induits et indûs dans les paradis fiscaux !

0.5%,  je crois que nous sommes encore dans la "marge d'erreur" habituellement admise pour ce calcul...Pas de quoi pavoiser.

De toute façon, tant que tout sera basé sur l'indice de croissance, on sera dans la panade ; à moins d'intégrer les coûts écologiques et sociaux dans les calculs d'indices. Je ne suis pas un expert mais il me semble que produire de l'aluminium et maintenir 500 emplois, c'est bien et booste l'indice de croissance; mais rejeter les boues rouges de cette usine dans les calanques de la Méditerranée coutera à moyen terme beaucoup plus cher, mais ce n'est pas pris en compte dans le calcul de l'indice... Ce n'est qu'un exemple pris au hasard.

 

La croi...quoi (qui ) ?

Plutôt un Draghi... donc et à tout prendre... (les vessies pour des lanternes, par exemple...) quand il exprime "...une conviction : la reprise est pour l’instant de nature conjoncturelle, portée par la béquille monétaire de la Banque centrale. Mais les vrais moteurs de l’économie réelle ne sont toujours pas repartis"...

Draghi... en plus de poser les limites, de plus en plus étroites, au "jeu" monétaro-financier, il a tout compris !

Juste une seule question, à qui peut répondre de manière argumentée...

L'usine est en Chine, comment et pourquoi voudriez-vous que croissance, emploi et innovation soient en occident ?

L'usine est en Chine... c'est incontestable... sauf à croire aux miracles... aux illusionnistes... ou en l'existence de "l'économie irréelle", "financiaro-monétaire", (alors que ce n'est que "la geste" qui accompagne le crédit hors-sol) pourquoi et surtout, comment, voudriez vous qu'emploi, innovation et croissance demeurent en occident ?

C'est très précisément cet état de fait qui, en occident, condamne toute tentative de relance de type keynésien agissez sur la demande vous soutenez l'économie chinoise... Agir sur l'investissement ? Inutile, nos pseudos industriels assemblent des semi-finis chinois et pourquoi produiraient-ils en occident quand la marge excède le profit ?

Que faire ?

Avec 57 % de dépenses publiques... et 52.5 de prélèvement (en points PIB)... SEULE, AU MONDE, LA FRANCE A TROUVÉ LA SOLUTION QUI TUE... encore un petit effort de ce côté là... et hop !... l'économie sans emploi, sans innovation et sans croissance continuera de... "marcher"... et "un revenu universel" enfin libéré de toutes contraintes économiques permettra à chaque français de croissansommer... sans entraves... mesquines...

Nous Français, avons mis au jour, littéralement découvert, le principe caché et ultime du capitalisme : "A chacun selon ses besoins..." c'était là, chez nous et pas ailleurs ! Marx s'est complètement planté...

Si Macron et ses conseillers ne sont pas mauvais... le "revenu universel"... c'est pour demain... matin...

Franchement, qu'attendent les autres pays occidentaux pour faire... comme nous... de la croissansommation  par l'impôt... fondée sur le principe avéré, en France du moins, de l'infinie "résilience" du contribuable... résident (un peu distrait quand même en France...) ce qui, en outre, ne manque pas de nous attirer une grande bienveillance de la part de la Chine puisque nous entretenons et sa croissance et son emploi et son innovation, sans désemparer... (depuis au moins 2000... bien avant l'explosion américaine contaminante du crédit hors sol cristallisé dans les subprimes titrisés) aucun problème donc pour lui emprunter... encore davantage...

Bon dieu ! Mais c'est bien sûr !

Heureusement que nous Français, avons inventé l'ENA... parce que sinon... nous aurions eu et au mieux quoi ? Un... Trump, véritable "mère Denis" de l'économie, au lieu de disposer aujourd'hui et à foison, de "profils" "innovants".

 

57% de dépenses publiques, ça veut dire simplement un forte implication de l'état dans le fonctionnement du pays. Et 52% d'imposition, que ce même état est censé redistribuer un peu de la richesse produites par les personnes (morales ou physiques). Balancer ces deux pourcentages ne veut pas dire grand chose de plus.

Petite question : Vous préférez un état avec 20% de dépenses publiques, qui ne paye que les flics, les juges et les militaires, et vous endetter sur 20 ans en cas de maladie grave, voire mourir par faute de soins si vous êtes pauvre, ou alors un état qui participe plus à la dépense publique avec, par exemple, un système de sécurité sociale de solidarité?

Vous dites n'importe quoi.

Ça, ça méritait d'être dit !

 

Vous avez raison... mais quand, depuis très longtemps, un état collecte et dépense plus que n'importe quel état dans le monde... et que son pays fait, depuis très longtemps, moins bien que les états qui collectent et dépensent, moins, beaucoup moins et font... mieux, beaucoup mieux...

Vous avez tort... de ne pas vous posez de questions... sur la capacité de gestion de l'administration française, spécifiquement...

Si seulement l'état français accomplissait valablement les tâches régaliennes qui lui incombent...

PS: "Balancer ces deux pourcentages ne veut pas dire grand chose de plus"

Comme il y a un "écart" à combler... de plus, l'état français s'endette... en plus... de plus en plus...

 

 

"...Les théories capitalistes (aussi absurdes soient-elles, comme la main invisible par exemple) ont le vent en poupe..."

Cela fait bien longtemps que la "théorie" libérale n'est plus qu'une idée... que cela plaise ou pas, elle n'existe plus... le libéralisme d'état prévaut... en occident... depuis que les états occidentaux ont, tous, volé au secours du système financier dangereusement ébranlé... les masques "libéraux" sont tombés... définitivement... la nature profonde du système est désormais clairement définie c'est le "capitalisme monopoliste d’État"... version 2.0.

Ne pas comprendre qu'entre capitalisme occidental et capitalisme chinois, la différence est fondamentale est une explication commode de sa nécessité planétaire, une accréditation du concept imbécile de "mondialisation".

Il importe de distinguer entre mode de production et mode d'appropriation capitaliste.

En tant que mode de production, en Chine, il est permis d'y voir une "réussite" économique, en tant que mode d'appropriation, en occident, un échec patent. Peu importe les "considérations affectives", le "système capitaliste" est LE système dominant... au-delà des cultures, au-delà des choix politiques des peuples concernés.

L'essentiel du problème réside dans la rémunération des facteurs de production capitaliste.

La Chine, dont il faut marteler sans relâche et suavement qu'elle est communiste, nous administre, chaque seconde, une leçon de "capitalisme vertueux". Il semble qu'avec une "classe moyenne", crée ex nihilo et évolutive à 400 millions de ménages, le revenu disponible, que l'on peut prosaïquement définir comme la rémunération du "facteur travail", s'il n'est probablement pas "juste" est néanmoins "suffisant" pour maintenir le système à un équilibre de développement. A cet égard, j'attends toujours avec intérêt que l'on me démontre que les chinois sont majoritairement des miséreux-crèves-la-faim-sous-payés-et-sur-exploités... et, (sachant que la prison pour dettes n'est pas, en Chine, une vue de l'esprit...) que l'évolution économique de ce pays repose sur un financement à crédit... de la "croissansommation"... chinoise... pour le moins gloutonne...

La crise occidentale est, par essence, économique. Elle traduit la mutation du capitalisme industriel vers un capitalisme marchand. Ce depuis l'explosion de la croissance chinoise (disons 2000) plus aucun opérateur capitaliste occidental n'a d'intérêt à produire occidental (au mieux il assemble) ni à vendre occidental. Désertification industrielle, chômage de masse sont des "tendances lourdes" pour ne pas dire définitives, avec comme première conséquence une évidente paupérisation occidentale. C'est à ce stade, car il s'agit d'en retarder les effets catastrophiques, qu'intervient le crédit hors sol, de plus en plus éloigné de la capacité d'emprunt ET de la solvabilité immédiate des opérateurs économiques, de tous les opérateurs. Ce n'est donc aucunement " la crise financière qui a détruit le potentiel de croissance de l’économie mondiale" (occidentale en fait) car c'est le capitalisme occidental, en exploitant la Chine, qui en est seul responsable.

Pour être très clair et ne surtout pas sombrer dans un "China bashing" très tentant, il faut préciser que c'est bien la "mécanique" du système capitaliste occidental qui porte, seule et uniquement, la responsabilité de la très grave crise économique (et non "financière"...) occidentale.

Le "retrait" des opérateurs capitalistes occidentaux de la "sphère" de production est aussi "logique" qu'il est massif et l'enjeu est bien à la mesure de la crise économique qui, inexorablement, emporte l'occident. 80 %... c'est la part estimée de l'économie mondiale consacrée aux artefacts industriels, tous aspects confondus... c'est donc bien le "cœur nucléaire" de la problématique.

La "réponse" occidentale est la même... des subprimes à l'euro : Le crédit hors sol... faux-nez financier et biais censé garantir la solvabilité du marché occidental quoi qu'il advienne... et puisse advenir...

L'occident a laissé l'usine qu'il exploite se construire en Chine et ne propose plus autre chose, entre désert industriel et paupérisation (Pourquoi rémunérer un facteur travail devenu "inutile" ?) que d'être un marché de "consommateurs", une demande... solvable...

La "réponse" à... la réponse américaine des "subprimes" - au subventionnement de la consommation américaine à grands coups de crédit hors sol, sans lien avec la capacité d'emprunt et la solvabilité réelle des ménages - est connue et dans son ampleur et dans ses conséquences "titrisées".

La "réponse" à... la réponse européenne de l'euro est déjà largement anticipable... Le double attentat perpétré par la seule technostructure européenne, au comble de l’arrogance bureaucratique, en décrétant la zone euro, ce qui, en première et dernière analyse, revient, à l’instant T (01/01/2002), à imposer une identité des pouvoirs d’achat ET des niveaux de vie entre un Grec, un Espagnol, un Portugais et… un Allemand… sans consultation démocratique des peuples concernés, c’est l’attentat politique, sans (Peut-on le croire ?) aucunement avoir anticipé la phénoménale envolée du crédit hors sol (aux ménages, aux entreprises ET aux états européens…), contrepartie « automatique » ET « mécanique » du mépris de l’ajustement par la pourtant très fameuse « main invisible » du marché c’est l’attentat économique.

L’EURO, c’est les subprimes de l’Europe avec les mêmes causes et les mêmes effets…

Si les ménages européens avaient disposé de ressources suffisantes pour que les pouvoirs d’achats convergent « naturellement », ils n’auraient pas massivement recouru au crédit pour financer le « grand marché européen » pur fantasme bureaucratique de la technostructure européenne « loobyisée », à mort, par les acteurs du capitalisme, passés d’industriel à marchand, et devenus ainsi uniquement soucieux de la seule solvabilité de la demande.

En aucune manière et à aucun moment la crise économique du capitalisme occidental ne peut être qualifiée de "financière".

Cette crise économique date le spectaculaire échec du mode d'appropriation capitaliste et témoigne de la radicale paupérisation des peuples occidentaux et non de l'échec du capitalisme en tant que mode de production efficace.

 

Nous sommes bien loin de l'histoire des 57 et 52% du début.. Nous voilà embarqué jusqu'en chine, où "A cet égard, j'attends toujours avec intérêt que l'on me démontre que les chinois sont majoritairement des miséreux-crèves-la-faim-sous-payés-et-sur-exploités"... pour nous expliquer au final que "En aucune manière et à aucun moment la crise économique du capitalisme occidental ne peut être qualifiée de "financière".

J'en reste sans voix. Etes-vous de mauvaise foi?

 

Tout est lié... plus que jamais... mais à vous de voir... s'il est préférable d'être aphone... ou aveugle... voire sourd à l'autre...

A part ça, si, de bonne foi, vous avez des arguments... faites les valoir... sinon... pour être sage, restez muet !

singes-sages

 

PS : 我們是中國人

 

 

lol

Bien le paradoxe de tous les articles de Romaric Godin, c'est qu'il sera difficile qu'il puisse être pris en défaut à long terme puisqu'il dit tout et son contraire.

Il est assez évident de constater pourtant que l'élection de Macron provoque un frémissement.

La France n'attendait que cela depuis des années, Hollande en avait rêvé, il y a enfin un peu de croissance ... 

Macron élu, y contribue un peu, car il n'était pas raisonnable de penser que le pays resterait dans sa torpeur. 

Si l'auteur de l'article "voit mal en quoi un simple prélèvement forfaitaire sans fléchage pourrait régler le problème de l'investissement productif" il devrait prendre contact avec des entrepreneurs, des banques ... et un peu moins des rentiers.

Au fond cet article est aussi incohérent que celui sur l'APL.

Si l'on veut relancer l'économie, il faut limiter la rente foncière et la fausse richesse de la terre. Le Grand Paris, par exemple ne doit pas être un instrument de spéculation foncière autour des gares et des infrastructures payées par la Nation !

Changer le paradigme, favoriser "Monory" contre "Méhaignerie"..., favoriser les industries d'infrastructure contre la promotion immobilière. Il est par exemple pitoyable que la reprise de GMS soit conditionnée à la valorisation d'une usine qui ne vaut rien sans la production qui y est potentiellement attachée...

Mais bon, les articles "high flight" devraient se rapprocher du sol ... et des réalités de terrain.

 

 

"l'élection de Macron provoque un frémissement"

La hausse de la croissance décrite a eu lieu au 2e trimestre 2017 : avril-mai-juin. Macron a été élu le 7 mai, et les députés le 18 juin. M. Macron a donc un pouvoir divin de doper l'économie par sa seule existence ou par sa seule Parole, puisqu'il n'a pu mettre en œuvre aucune action politique. C'est beau la foi, mais ça fait dire des bêtises.

"l'élection de Macron provoque un frémissement"  oui, ça hérisse le poil !

  • Nouveau
  • 30/07/2017 20:08
  • Par

Croissance : le leurre de l’infini et l’émergence du contre-humain !

La Terre est un environnement aux frontières déterminées avec des ressources limitées. Dans cette planète, chaque pays ou petit périmètre de PIB est interdépendant et utilise des ressources, piochant parfois dans celles du voisin.

 

https://www.unidivers.fr/croissance-infini-decroissance-crise-moderne/

Désolé de répéter que 8 milliards de dépenses en moins de la part de l'Etat peuvent être compensés par 8 milliards d'investissement en plus dans le renouvelable. Qu'est ce qu'on attend !

 

YV

Désolé de répéter que 8 milliards de dépenses en moins de la part de l'Etat peuvent être compensés par 8 milliards d'investissement en plus dans le renouvelable. Qu'est ce qu'on attend !

 

YV

Je jure que si ces couillons font comme Hollande et cassent la croissance pour économiser 3 bouts de ficelles et financer des baisses d'impôts inutiles je vote pour la sortie de l'UE par tous les moyens. Peu importeront ceux qui parleront de néo-coco, néo facho, et de la fin de la démocratie. Quand le "cercle de la raison" nie les effets récessifs de l'austérité après la décennie qu'on vient d'avoir ça confine au fanatisme. Et ça devient dangeureux! Libéral ou pas on peut pas juste continuer en attendant que ça marche après 10 ans d'échecs cuisants en France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce... Perso ça me rend fou!!

"Dans ce contexte, charger en 2018 l’économie française d’un nouveau fardeau, l’austérité, relève de l’inconscience."

En effet, la réussite du programme Macron repose sur le regain de confiance des acteurs économiques, pour que l'investissement privé et la consommation des ménages viennent compenser les mesures d'austérité.

Or on ne peut pas dire que cela en prenne la forme. 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale