1er mai: La République en marche annonce finalement le licenciement de Vincent Crase

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Son nom est intimement lié à l’affaire Benalla. Vincent Crase, salarié de La République en marche et officier de réserve de la gendarmerie, est l’une des cinq personnes mises en examen depuis le 22 juillet à la suite de la révélation de violences présumées commises en marge de la manifestation du 1er mai 2018. Il est poursuivi pour « violences en réunion », « immixtion dans l'exercice d'une fonction publique » et « port prohibé d'arme de catégorie B ».