Les secrets d’Alexandre Benalla sont toujours à l’abri. Et il le revendique

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 1er mai, place de la Contrescarpe (Paris Ve), Alexandre Benalla s’est cru au-dessus des lois. Et depuis le début de l’enquête sur les violences qu’il a commises, il continue d’en fournir la preuve, revendiquant sans ciller la dissimulation de son coffre et des données de son téléphone personnel, comme son refus de communiquer le numéro de sa femme. Dans l’indifférence de la justice.