Vincenzo Vecchi doit à nouveau faire face à un Ubu judiciaire

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Peut-on effectuer douze ans de prison pour avoir simplement manifesté il y a bientôt vingt ans ? La question ferait rire si elle ne résumait pas une situation bien réelle. Vincenzo Vecchi affronte une fois de plus, ce vendredi 2 octobre devant la cour d’appel d’Angers, une sorte de Léviathan judiciaire qui, au-delà de son simple cas, pourrait dévorer quelques-unes de nos libertés fondamentales.