Centres de rétention: le juge annule l'appel d'offres de Brice Hortefeux

Le tribunal administratif de Paris a annulé, jeudi 30 octobre, l'appel d'offres réorganisant l'aide aux étrangers enfermés dans les centres de rétention administrative. Le ministre de l'immigration, Brice Hortefeux, est contraint de revoir sa copie. Certaines associations, qui s'étaient portées candidates, pourraient être exclues de ce marché public. Mediapart publie les documents clés.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C'est un revers cinglant pour le ministère de l'immigration: le tribunal administratif de Paris a annulé, jeudi 30 octobre, l'appel d'offres réorganisant la présence associative dans les centres de rétention administrative (CRA), où sont enfermés les étrangers en instance d'expulsion. Cette information, annoncée par la juridiction, constitue une victoire pour les associations qui contestent depuis deux mois la réforme engagée par Brice Hortefeux au motif qu'elle porte atteinte aux droits des personnes «retenues». Depuis 1985, seule la Cimade est autorisée à effectuer la mission d'aide juridique. Le ministère entend mettre fin à cette situation de «monopole» en instaurant de la concurrence et en éclatant la vision globale dont dispose l'association d'obédience protestante.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal