La mort d'un Malien relance le débat sur l'usage policier du Taser

Par

Un Malien de 38 ans est mort, dans la nuit du 29 au 30 novembre, à Colombes (Hauts-de-Seine), lors de son interpellation par des policiers, après avoir reçu des décharges de pistolet à impulsions électriques. C'est la première mort liée, en France, à l'usage du Taser. Elle relance les débats sur la dangerosité de cette arme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un homme est mort lors de son interpellation par des policiers, dans la nuit du 29 au 30 novembre 2010 à Colombes (Hauts-de-Seine). Ce Malien, âgé de trente-huit ans et en situation irrégulière, a reçu des décharges de pistolet à impulsions électriques avant de succomber à un malaise. Si les raisons de la mort restent suspendues à l'enquête ouverte par le parquet de Nanterre, c'est la première fois qu'une utilisation du Taser coïncide, en France, avec un décès. Le drame relance donc les débats sur la dangerosité de cette arme controversée, en France et à l'étranger.