Affaire Mahé: le colonel Burgaud avoue avoir ordonné la mort du coupeur de routes

Par

Dans l'affaire Firmin-Mahé, l'aveu d'un crime commis par l'armée française.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au troisième jour du procès de l’affaire Firmin Mahé, jugé devant la cour d’assises Paris, Éric Burgaud a assumé l’ordre illégal qu’il a donné à ses soldats, en 2005, en Côte d'Ivoire, en vue d'éliminer Firmin Mahé, un coupeur de routes dont la bande terrorisait les populations locales.