Le système du «président» Giacobbi s’écroule au tribunal de Bastia

Par

L’ancien président du conseil général de Haute-Corse est jugé pour avoir mis en place un système de détournement de subventions publiques. Trois ans de prison ferme ont été requis contre lui dans cette affaire politico-financière plombée par deux assassinats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bastia, de notre envoyée spéciale.- Trois ans de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité et 100 000 euros d’amende. Mardi 29 novembre, au tribunal correctionnel de Bastia, le procureur de la République Nicolas Bessone a requis une lourde peine contre le député PRG (Parti radical de gauche) Paul Giacobbi, lors d’un procès fleuve qui se poursuit jusqu’à la fin de la semaine. En descendant les marches de marbre blanc du palais de justice, encadré par ses gardes du corps, l’ancien président du conseil général de Haute-Corse et ancien président de l’exécutif de la Collectivité territoriale de Corse (CTC) semblait comme écrasé, sa silhouette trapue tassée sur elle-même. Le jugement ne devrait être rendu que dans deux mois, mais quel que soit le verdict, il y aura un avant et un après le « procès des gîtes ».