La loi « séparatisme » invoquée en Corrèze contre des associations écologistes

L’inquiétude s’est emparée d’une partie de la société civile corrézienne depuis qu’un représentant de la préfecture a, selon plusieurs sources, affirmé lors d’une réunion que certaines associations ne pourraient plus accéder à des subventions au motif qu’elles auraient violé leur « contrat d’engagement républicain ». La préfecture dément.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).– Depuis plusieurs mois, une partie de la société civile corrézienne est en émoi. Souvent critique de l’attitude des pouvoirs publics locaux à son égard, la petite galaxie des associations culturelles, écologistes et paysannes du département, remuante et bien à gauche, s’inquiète de voir un nouvel instrument mis en œuvre par les autorités pour bloquer ses accès aux subventions : le contrat d’engagement républicain (CER), créé par la loi « séparatisme ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal