Des députés PS menacent de ne pas soutenir Benoît Hamon

Par

La quinzaine de députés qui composent le pôle des réformateurs du Parti socialiste, l'aile droite, menacent de ne pas participer à la campagne de Benoît Hamon si le candidat choisi lors de la primaire de la Belle Alliance populaire ne leur donne pas de gages de rassemblement. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Un droit de retrait. » C’est ce que revendiquent deux députés du Parti socialiste, Christophe Caresche et Gilles Savary, après la victoire de Benoît Hamon à l’issue de la primaire de la Belle Alliance populaire. Les deux parlementaires membres des réformateurs, l’aile droite du parti, ne contestent pas la légitimité du candidat désigné dans les urnes par les sympathisants de gauche. Mais ils menacent pourtant de ne pas soutenir sa campagne : « Nous revendiquons haut et fort un droit de retrait de la campagne présidentielle car les conditions de notre soutien à la candidature de Benoît Hamon ne sont pas réunies », écrivent-ils dans une tribune publiée au nom d'une quinzaine de députés dans Le Monde, à lire ici en intégralité.